Interaction avec les professionnels

Transcription

C'était rendu au point où, il avait ce rendez-vous avec le médecin et, je me souviens, nous étions dans un bureau probablement un peu plus petit que cette salle, mon père, ma mère, moi et le médecin, et ils nous ont essentiellement donné l'option de l'amputation. Mais à cause de sa condition, ça pourrait prendre des années – il a estimé a environ cinq ans – simplement pour s'habituer à ne plus avoir sa jambe, avec la réadaptation et tout ça. Et à cause de sa condition cardiaque, il mourrait très probablement pendant l’intervention à cause de l'anesthésiant qu'ils devraient utiliser. Ou cesser la dialyse et il mourrait en moins de quatre jours.

En somme, il était condamné à mourir. Ce n'était pas vraiment des bonnes nouvelles mais c'est ce que j'ai aimé du médecin, et c'est le seul médecin dont je me souviens qui ne soit pas passé par quatre chemins. Tous les médecins que nous avions eus enjolivaient les choses. Cela nous donnait de l'espoir, il y avait d'autres options. Mais ce médecin nous a simplement dit quelle était la situation et c'est ce que j'ai aimé.  J'en avais déjà assez de tout ce qui arrivait au niveau médical – comme notre médecin qui disait qu'il était en bonne santé et par la suite une insuffisance cardiaque congestive – alors j'en avais déjà assez d'entendre les médecins. Mais d'avoir cet individu qui non seulement nous dit ce qui en est, mais ensuite, il nous a demandé personnellement : « Comment allez-vous? » Il te fait sentir comme partie prenante de ça, que […] non seulement c'était une grande douleur pour papa, mais nous en souffrions également. Alors j'ai vraiment eu l'impression que nous étions des personnes spéciales en ce sens. Il s'occupait de nous.

Voir le profil