Préservation de la fertilité

Transcription

J’ai subi la chirurgie et ensuite, quatre semaines plus tard, j’étais à Ottawa pour un prélèvement d’ovules. Tellement de choses devaient converger pendant cette période de quatre semaines. Parce que nous attendions depuis si longtemps, j’ai eu la chirurgie en mars et le rapport de pathologie n’est revenu qu’après plusieurs semaines. Finalement, lorsque le rapport est arrivé il indiquait qu’il s’agissait d’un ganglion lymphatique; ce qui voulait dire sans contredit que j’aurais besoin de chimiothérapie et de radiation, et tout le paquet. Donc dès que j’ai appris qu’il y aurait de la chimiothérapie je savais que je devais subir un prélèvement d’ovules, et tout ça devait arriver la même journée. J’ai vu l’oncologue un vendredi, et ensuite parce qu’où en était mon cycle à ce moment-là, et tout, j’ai dû commencer à prendre les médicaments favorisant la fertilité et me préparer pour le prélèvement d’ovules afin de ne pas retarder le début de la chimiothérapie. Ce fut une autre journée très difficile. Ce fut très difficile le jour où j’ai appris que j’aurais besoin de chimiothérapie et que je devais commencer à prendre les médicaments favorisant la fertilité le jour même, avant seize heures, et qu’il était environ quinze heures; ce fut difficile.

J’ai su immédiatement que j’allais faire congeler mes ovules parce que j’allais subir de la chimiothérapie. Dès que j’ai eu l’information, j’ai mûrement réfléchi et j’ai pensé que je ne devrais peut-être pas le faire mais ensuite j’ai pensé « Non », je devrais. L’aspect financier aurait été la seule barrière pour ne pas le faire et je n’étais pas pour laisser ça m’arrêter. Parce que je ne sais pas, je pense qu’une intervention de 10 000 $ et ensuite toutes les autres dépenses, c’est minime sur une vie pour quelque chose d’aussi important. Je ne voulais donc pas que ce soit la raison pour laquelle je ne l’aurais pas fait. Étant donné que j’ai besoin de chimio, je vais faire congeler mes ovules et c’est comme ça que ça se passera. C’était ça pour moi, je le savais. Cependant, il y avait beaucoup de choses à penser parce que la probabilité que les ovules entraînent une grossesse ou non n’est pas très élevée, spécialement avec les ovules plutôt que les embryons. Vous pensez : « Mon Dieu pourquoi est-ce que je fais tout ça si le pourcentage que ça marche n’est même pas élevé. » Mais il y a une petite chance que ça puisse fonctionner. Beaucoup de gens y ont recours et cela a fonctionné pour eux. J’ai donc pensé pourquoi ne pas s’assurer que l’option est là. Si je passe au travers de la chimio et je ne peux pas avoir… si ma fertilité est totalement compromise et que je ne peux le faire moi-même, au moins j’ai cette option. Parce que la perte de la fertilité est un effet secondaire potentiel de la chimio. Ça n’arrive pas à tout le monde, spécialement si vous êtes plus jeune, ils disent que les ovules ont de meilleures chances de se rétablir et de passer au travers de la chimio. Ok, mais ce n’est quand même pas certain. J’ai pensé s’il y a quelque chose que je peux faire je vais le faire.

 

Voir le profil