Effets sur la famille et les amis

Transcription

J’ai pensé : « Oh! J’espère que je n’ai pas contrôlé la vie de ma mère de cette façon aussi à la fin de sa vie. C’était un changement de rôles. Nous avons fait beaucoup de guérison ensemble cependant, parce que nous avons passé tellement de temps ensemble, c’est devenu plus que des visites. Vous savez ce n’est pas comme si un des enfants arrêtait en passant pour un heure ou deux. Ils étaient là 24/7, vous perdez alors beaucoup de vos barrières. Vous ne vous sentez pas obligés d’engager la conversation. Vous pouvez être tranquilles tous les deux. Je pouvais être malade et ne pas m’en faire.

Intervieweur : Donc votre rôle et la nature de votre relation ont vraiment changé?

Mes relations ont changé avec un certain nombre de mes amis. J’ai eu beaucoup de soutien. J’ai un cercle restreint de femmes avec qui je poursuis un parcours spirituel depuis 15 ans. Elles entraient et sortaient de ma vie comme si rien n’avait changé. Je n’avais pas à m’en faire si elles venaient et que j’étais couchée. Elles entraient et faisaient ce qu’elles avaient à faire et repartaient. Elles apportaient de la nourriture ou faisaient ma lessive, ce genre de choses. Ça m’aurait humiliée avant que quelqu’un fasse ce genre de choses pour moi. Il y a eu beaucoup de renforcement des liens. J’ai réalisé à quel point mon réseau m’a soutenue et je l’ai apprécié. J’ai aussi dû apprendre à recevoir et ce fut un défi. Je ne voulais pas me sentir redevable pour ensuite réaliser que ça ne créait pas d’obligation. C’était du donnant-donnant. Vous ne pouvez pas… je suis habituée d’être celle qui donne du soutien émotionnel et de donner peu importe ce dont la personne a besoin, et réaliser que quelqu’un doit être disposé à recevoir, autrement tu ne peux pas donner. C’était alors voir l’autre côté de la médaille.

 

Voir le profil