Hormonothérapie

audioclip
Transcription

Alors ils ont décidé qu’ils n’allaient pas me le donner une deuxième fois. Donc, ils m’ont prescrit Arimidex pour six ans et il n’y a pas d’étude sur cela non plus. Habituellement c’est cinq ans et j’en ai pris pendant six ans et plus. Un médecin est venu de (ville en Alberta) à la Clinique du cancer et il m’a dit : « Quel traitement? Non arrêtez. Arrêtez, ouais ne le prenez plus. » J’ai répondu : « Je suis d’accord » parce que cela avait beaucoup d’effets secondaires. Vous savez, la diarrhée ce n’est pas plaisant, les vomissements et les tremblements, les maux de têtes, etc.

Intervieweur : Comment avez-vous pu continuer si vous aviez autant d’effets secondaires néfastes?

Je suis très têtue et, vous savez, je pensais que si c’était pour empêcher le cancer de récidiver je passerais au travers et j’ai simplement continué. C’était principalement le matin, au moment où je le prenais, mais j’ai eu de la douleur et de l’angoisse pendant six ans. C’était un mode de vie. Vous pouvez vous habituer à tout et peut-être que j’étais trop stupide pour dire que je n’en pouvais plus, mais non, j’ai simplement enduré ça.

Voir profil