Activité physique et changements dans le régime alimentaire

Mais ça ne m’empêchait pas d’aller m’entraîner, par exemple, parce que c’est là que je me défoulais. Je me dis : «Je suis ici pour me défouler. » Mais j’avais tellement mal aux jambes. Et puis j’étais essoufflée aussi parce que de la cortisone, mais j’arrivais quand même [à m’entraîner]. J’ai dit : « Il faut que je bouge. C’est ça qui est important. Il faut que je bouge, que je me défoule. ». Mais c’était là que je me défoulais, puis quand j’avais parlé avec l’oncologue, il a dit : « C’est quoi vous faites comme exercice? » J’ai dit : « Je fais n’importe quoi. Puis je fais attention à mon bras. » Parce qu’il était quand même assez fragile. Mais j’ai dit : « J’essaie de bouger, j’essaie d’être active. » Bien il a dit : « C’est correct! » Tu sais c’était correct.

Voir profil