Perspectives du parcours de soins

Transcription

Je pense que de donner le choix aux patientes peut vraiment aider. Même si ce n’est pas nécessairement répondre oui ou non, mais dans certaines circonstances ce n’est pas toujours le cas. Quelquefois avec les enfants, ils ont seulement besoin de savoir qu’ils peuvent prendre une décision et vous ne leur demandez pas s’ils veulent des rôties avec du beurre d’arachides, vous dites : « Est-ce que tu veux une rôtie avec du beurre d’arachides ou est-ce que tu veux une rôtie avec de la confiture? » et leur donner... tu vas quand même avoir une rôtie mais comment est-ce que tu la veux? Et je pense que les patientes se sentent un peu plus impliquées dans leur traitement si on leur donne cette sorte de choix, spécialement lorsqu’il s’agit de quelque chose comme ça.

Je veux dire, je ne suis pas certaine que nous soyons rendues là mais je pense qu’il y a définitivement, il y a définitivement certains progrès que les médecins peuvent faire en ce qui a trait et pour ce qui est d’offrir aux patientes des options et des choix.

Comme par exemple le port-a-cath versus le PICC. Avoir quelque chose qui pend de votre bras est un petit peu inconfortable et cela doit rester hygiénique et tout, alors que le port-a-cath est un peu plus invasif mais cela donne à la cliente ou la patiente un petit peu plus de liberté sur la façon dont on y a accès ou comment elle peut maintenir son style de vie. Peut-être que pour certaines personnes avoir le PICC n’est pas propice parce qu’elles nagent et qu’elles ne peuvent pas le mouiller et toutes les choses de ce genre. Alors je pense que quelquefois de simplement prendre en considération les différences entre les patientes, plutôt que d’avoir une approche linéaire, être capable de donner aux patientes des choix selon les options lorsque c’est possible.

Voir le profil