Samantha

Samantha
Âge
38

Samantha est mariée et a une jeune enfant. Elle travaille en vente et marketing pour une banque.

 

Samantha a été diagnostiquée en 2012. Elle a perçu pour la première fois une masse dans son sein pendant ses vacances alors qu’elle éteignait une lumière. Elle a vu son médecin le plus rapidement possible dès son retour. Il l’a référée pour une mammographie et une échographie, et elle a subi deux biopsies. Huit semaines après avoir perçu cette masse, elle a appris qu’il s’agissait d’un cancer du sein. Avec le recul, le processus a été très rapide pour elle mais à ce moment-là ça lui avait semblé prendre une éternité. Après la confirmation de son diagnostic, elle a opté pour une tumorectomie et elle pensait qu’elle aurait peut-être besoin d’un peu de radiothérapie par la suite. La convalescence s’est tellement bien passée que Samantha a décidé d’aller en vacances avant de revoir son oncologue. Lors de son rendez-vous avec ce dernier, elle a appris qu’elle avait besoin de chimiothérapie, suivie de radiothérapie. De plus, des examens plus poussés montraient une tache sur son sternum pour laquelle elle devait être suivie, ainsi qu’une atteinte locale dans les ganglions lymphatiques de ses glandes mammaires. Cette sorte de propagation est plus inhabituelle et Samantha a décidé de demander une double mastectomie suivie d’une reconstruction immédiate. L’intervention a duré 11 heures et demie et fut difficile mais elle ne regrette pas sa décision. Globalement, Samantha estime avoir reçu un soutien formidable à son travail; elle a cessé de travailler pendant ses traitements et est retournée après 15 mois. Samantha et sa famille furent capables de continuer à vivre une vie relativement normale pendant qu’elle était à la maison. Ses parents ont joué un rôle important en procurant une stabilité à sa fille.

 

Pendant toute la durée de sa maladie, Samantha a appris à connaître les autres et elle a reçu du soutien inattendu de plusieurs personnes. Elle a également obtenu du soutien en participant à des groupes d’entraide. Les membres du premier groupe qu’elle a visité étaient presque toutes plus âgées qu’elle. Elle a éventuellement trouvé un groupe de femmes plus jeunes où elle était plus en mesure de partager les inquiétudes reliées à sa maladie. C’était important pour Samantha de sentir qu’elle contribuait à l’amélioration des soins offerts aux patientes comme elle plutôt que de seulement se plaindre. C’est pourquoi elle a éventuellement décidé de devenir membre d’un comité consultatif de patients et familles pour Action Cancer Ontario – un rôle qu’elle apprécie beaucoup.

 

Temps depuis le diagnostic
2 - 5 years
Phase de traitement
En traitement

Videoclips

Cliquez sur le titre d'un videoclip pour aller à la page.  Cliquez sur le bouton sous-titres pour ouvrir ou fermer la section sous-titres. 

Voir transcription

Bon en pensant à la mort, j’ai rapidement mis mes choses en ordre. Même les choses financières, les polices d’assurance et ce genre de choses. Mon époux n’était vraiment pas intéressé par ça. Mais pour moi, je me suis sentie mieux, je sentais que j’étais préparée. J’ai fait imprimé des copies des testaments, ce genre de choses. Je pense que mon époux trouvait ça morbide mais j’estimais que c’était utile. Et aussi, c’était quelque chose que je pouvais faire. Mais est-ce que cela a changé ma vie? C’est certain. J’y pense souvent maintenant, je suis de retour au travail depuis environ huit mois maintenant mais personne n’est mort jusqu’à aujourd’hui. J’espère, je conserve cette perspective parce que c’est très facile de s’énerver pour des choses qui dans leur ensemble ne sont probablement pas les plus importantes.

Voir transcription

Je pense que cela a changé notre relation. Je n’ai jamais eu à dépendre autant de quelqu’un et ce fut difficile. Il l’a fait inconditionnellement. Il s’est occupé complètement de ma fille, du ménage de la maison, il a cuisiné et je pense que d’une certaine façon cela a renforcé notre relation. En parlant avec d’autres femmes, et en fait avec l’époux d’une femme, quelquefois ils trouvent que cela met une distance entre les personnes mais nous avons été très chanceux et (le nom de l’époux) était à la maison avec moi tout le temps que j’ai été en traitement. Je pense que cela a fait une grande différence, je ne me suis jamais sentie seule. Il y avait toujours quelqu’un à la maison. C’était agréable parfois d’avoir une heure pour moi.

Intervieweur : Et il a été capable de faire les arrangements avec son travail?

C’est un conseiller. Je pense que cela a fait une grande différence parce qu’en parlant avec quelques femmes au groupe de soutien, l’isolement était également un problème. Je me suis sentie privilégiée qu’il soit à la maison avec moi, et ma mère et mon père demeurent tout près. Mes amis proches ont été formidables. Ils continuaient de m’inclure et m’invitaient à des activités auxquelles j’aurais participé auparavant. Si je ne pouvais pas y aller ce n’était pas grave, et si je pouvais, ils m’invitaient. C’était vraiment bien.

 

Voir transcription

Vous savez tout le monde veut aider et ils ne sont pas certains de ce qu’ils peuvent faire. Choisissez quelque chose et faites-le. Beaucoup de gens ont demandé ce qu’ils pourraient faire et vous pouvez même pas… vous ne pouvez pas exprimer tout ça. C’est de préparer un repas ou organiser pour qu’un enfant vienne jouer chez vous. Je trouve que les personnes qui envoient périodiquement un courriel en disant seulement : « Je voulais te dire que je pense à toi et j’espère que tu vas bien. » C’était… cela signifiait beaucoup pour moi.

Voir transcription

Je pense que c’est ce qui m’a rendue plus anxieuse dans tout ça. Qu’est-ce que je dis à une enfant de 7 ans? Mon médecin de famille m’a conseillé de lui en dire autant qu’elle le demandait. Ne pas lui en dire plus qu’il n’en faut. Il m’a conseillé d’être aussi ouverte que je le pouvais avec elle parce que les enfants le sentent lorsqu’on leur raconte des mensonges et que nous ne sommes pas francs. Alors nous avons été francs avec elle au sujet de ce qui se passait. Elle voulait savoir où était le cancer et si elle pouvait y toucher. Nous l’avons laissé faire. Nous l’avons amenée à un traitement de chimio vers la fin et elle est venue au dernier traitement et m’a aidée à sonner la cloche.  Elle est venue à quelques sessions de radiothérapie et nous avons demandé si elle pouvait entrer pour voir comment ça se passait lorsqu’ils procédaient à l’installation. Nous l’avons tenue informée autant qu’elle le demandait.

Voir transcription

Je fais des listes, alors pour moi, ma question serait pour mon amie qui a eu le cancer du sein : « Qu’est-ce que j’ai besoin de demander au sujet de la radiothérapie? » Je suis allée sur Google et j’ai écrit : choses à demander à votre technicien en radiothérapie. Je sais que c’est idiot, mais je partais avec une liste et je pensais que si j’avais les réponses aux choses sur ma liste, alors je sentais qu’on m’avait écoutée. Ça fonctionnait pour moi. J’avais un cartable avec tous les résultats et nous posions des questions si nous ne comprenions pas. Je pense que peut-être de seulement avoir un médecin qui confirme notre compréhension est très utile. Et étrangement j’avais un chirurgien plasticien qui était très bon avec ça et très direct. Je sentais quelquefois que si je ne posais pas la question, je ne recevrais pas l’information et pour moi, j’aime avoir toute l’information.