Chimiothérapie

Transcription

Même le « nuage de la chimio », c’est une chose à propos de laquelle nous lisons très peu. Je n’ai pas anticipé… J’ai pensé : « Oh, je n’aurai pas de déficit cognitif à la suite de la chimiothérapie. Je suis toujours en train de lire. Je fais toujours cela. » Je ne pouvais pas me souvenir du mot vacuum. Je décrivais l’appareil qui ramasse la poussière sur le plancher. Les petites choses que vous prenez pour acquises tous les jours, je ne pouvais les assembler dans une phrase… c’était quelquefois frustrant. Encore une fois, je suis en physiothérapie et je dis à ma thérapeute… elle me demande comment ça va et je lui dis : « Je pense que je perds l’esprit. Je ne peux me rappeler des choses, des choses que je faisais tous les jours et que je prenais pour acquises. » Juste la coordination motrice fine aussi, pas seulement le verbal. Je regardais des choses et je pensais : « je ne sais pas ». Quand elle m’a dit : « Oh, vous avez besoin de parler à ces personnes ou de venir à cette rencontre ou voici une ressource. » C’était comme : « Oh, merci. Je ne perds pas l’esprit. » C’est une partie de ce traitement mais lorsque vous ne pouvez pas trouver l’information à ce sujet… wow!

Ça vous fait peur et ensuite vous commencez à vous demander si vous avez le cancer du cerveau. Parce que vous êtes à un stade vulnérable où vous n’avez pas le contrôle. Au travail, ils ont été très compréhensifs envers mon « nuage de la chimio ». Lorsque je suis revenue je leur ai dit que je ne revenais pas en force, pas comme j’étais avant, au mieux à 90, 80 ou 70 pour cent. Je vous laisserai savoir. Tout le monde a été merveilleux, ils savaient que les bouffées de chaleur me frapperaient durement. Au début c’était inconfortable pour moi et pour eux, vous savez. Vous êtes en tailleur, vous êtes assise à une table en train de prendre des décisions et whoosh! Vous êtes rouge comme une betterave et vous pensez arrosez-moi quelqu’un. C’est maintenant devenu une farce, tout le monde est à l’aise avec ça. Mes pensées et les structures de langage se sont grandement améliorées en comparaison au moment où j’ai recommencé à travailler. C’est encore la routine du retour à la vie au travail et à la maison qui m’a aidée à récupérer définitivement.

Voir le profil