Chimiothérapie

Transcription

Oh me rendre à (ville en CB) était tellement difficile. La chimio elle-même, la préparation pour ça, avoir le sens de l’humour à ce propos. Notre vieil hôpital avait un très petit département de chimio. C’était une vieille chambre d’hôpital à quatre lits qu’ils ont transformée. Il y avait plein d’étagères de rangement mais ils l’avaient rendue réellement douillette. Parce qu’aussitôt que j’y suis entrée, ils ont été tapoter la chaise et ils m’ont dit : « Voici votre chaise ». Il y avait une couverture et un oreiller dessus ainsi qu’un coussin chauffant. Ils m’ont dit : « Prenez place dans votre chaise et réchauffez vos veines ». C’était tellement... nous plaisantons constamment à ce sujet. C’était comme « Venez vous assoir dans votre chaise et réchauffez vos veines », avec le coussin autour pour réchauffer vos veines afin de pouvoir insérer l’aiguille plus facilement. Et la première fois – il y a une compagnie locale qui a fabriqué un paquet de couvertures, roses pour les femmes et bleues pour les hommes – alors j’ai eu cette couverture et l’infirmière m’a recouverte immédiatement. C’était tellement spécial. Vous pouviez l’incliner et être confortable, mais les conversations étaient tellement décontractées. Les gens entraient –  l’Administration était au bout de la même aile – ils s’arrêtaient et parlaient, nous disaient « Salut » ou apportaient des fleurs, des friandises ou des biscuits et toutes sortes de choses, et c’était vraiment super.

Voir le profil