Parler du cancer avec les enfants

Transcription

Lorsque j’en ai parlé à ma famille, il y a seulement deux enfants à qui nous n’avons rien dit. C’était les deux plus jeunes filles. J’ai choisi de ne pas en parler avec une d’elles en particulier parce qu’elle s’énerve pour tout, pour la plus petite chose elle panique. Alors nous avons choisi de ne pas lui dire. Nous n’avons pas informé l’autre parce qu’elles ont le même âge, et elles ne le savent toujours pas. Mais si j’en avais informé celle-ci particulièrement, elle aurait paniqué constamment. Elle aurait constamment vérifié ses seins, elle aurait dit qu’il fallait qu’elle consulte le médecin parce qu’elle peut avoir ceci et cela. Nous avons donc décidé de ne pas en parlé à celle-ci en particulier. Nous allons probablement l’informer au cours de la prochaine année parce que je pense qu’elle soupçonne quelque chose étant donné qu’elle a dit : « Est-ce que cette personne a le cancer? », pas moi mais une autre personne. Bien entendu je lui ai répondu : « Bien il faudra que tu lui en parles » parce que ce n’était pas ma place de lui dire. Je peux lui parler de moi mais pas de quelqu’un d’autre parce que c’est à cette personne de lui dire. Mais nous allons lui dire éventuellement. Mais c’était très difficile parce que nous ne pouvions en parler lorsqu’elle était dans la pièce. Même maintenant, lorsqu’elle vient demeurer avec moi, je dois m’assurer que je porte ma prothèse parce que je ne voudrais pas qu’elle s’énerve. Je me sens comme si je cachais quelque chose – que je lui cache – mais en même temps je pense que c’était la bonne décision de ne pas lui dire à ce moment-là. Mais elle est plus mature maintenant, j’espère donc que lorsque nous lui dirons elle prendra bien la nouvelle.

Voir le profil