Conseils aux professionnels et à la société

Transcription

Michael: Vous posez la question : « Qu'est-ce que je voudrais dire aux décideurs politiques? » Je suppose qu'une autre chose que je trouve vraiment exaspérante c'est que, comme adulte, Oliver reçoit environ 930 $ par mois pour invalidité. C'est pour la nourriture, l'abri, les vêtements, les loisirs et toutes ses autres...

Lillian: Le logement.

Michael: Bon j'ai dit l'abri, mais...

Lillian: Ah.

Michael: Mais pensez-y. Neuf cents dollars par mois. Oliver a besoin de supervision à temps plein. Maintenant, il pourra faire partie d'un genre de programme communautaire par CLBC et il y a peut-être d'autres ressources, mais c'est vraiment, vraiment troublant cette folle idée que les gens peuvent vivre sur ce qu'ils reçoivent pour invalidité. Et si vous regardez la loi et les règlements d'application, il y a un texte sous-jacent qui dit : « Vous vivez des ressources du pays et vous ne recevrez pas un sou de plus. Si vous faites un sou de plus, » parce certaines personnes en invalidité peuvent se faire un peu d'argent – mais aussitôt qu'ils passent le cap, cet argent sera récupéré.

Le message ressemble à : « On prend bien soin de vous et vous allez devenir obèse et paresseux. » Ou quelque chose comme ça, « si nous vous laissons en faire plus alors que vous avez déjà une belle vie si riche... » Les gens devraient pouvoir gagner beaucoup plus que ce qu'ils gagnent sur ces formes d'assistance, parce que tout le monde est sous le seuil de la pauvreté. Je pense que nous devons changer notre culture à ce sujet. Nous devons cesser de penser que toutes les personnes qui sont sur l'assistance publique trichent le système; qu'ils ont beaucoup de plaisir à nos dépens. Pour la plupart, ces personnes ont de la difficulté et, étant sur l'assistance publique, que vous soyez handicapé ou non, ce n'est pas un pique-nique. Ce n'est pas drôle. Ce n'est pas plaisant de ne pas pouvoir participer à la grande parade de la vie, de ne pas être capable de construire des relations comme lorsque vous êtes au travail, d'être incapable de dire aux gens que c'est ce que vous faites de votre vie. Les gens sont marginalisés de plein de manières, que ce soit parce qu'ils sont sur l'assistance publique ou pour tout autre raison, et nous continuons quand même à perpétuer l'idée qu'ils ont du plaisir. C'est manifestement faux et absurde. Je pense que cela témoigne de notre culture sous-jacente que, d'une manière ou d'une autre, nous ne voulons le confort de personne, sauf bien sûr [si] nous y sommes arrivés nous-mêmes.

Lillian: Ou non, quiconque a un traitement de faveur. C'est cette notion.

Michael: Un traitement de faveur, oui.

Lillian: Cette sorte de notion et que c'est... c'est simplement absurde; tu as raison. C'est pour tous ceux qui sont sur l'assistance publique, que vous soyez handicapé ou non. Mais la plupart des gens qui sont sur l'assistance publique ont une sorte de handicap.

Michael: Ouais.

Lillian: Mais, par exemple, 900 $ par mois n'est simplement pas assez pour vivre. Tu ne peux pas vivre. Je veux dire à moins que vous soyez dans une pension – une chambre dans une grande maison où il y a plusieurs personnes – et ce serait....

Michael: Vous n'avez pas besoin de quelqu'un pour prendre soin de vous à temps plein et vous n'avez pas besoin de quelqu'un pour préparer vos repas, et...

Lillian: Vous nourrir

Michael: Vous habiller, vous donner votre bain et tout ça...

Lillian: Mais ce n'est pas une vie, ce n'est vraiment pas une vie.