Croissance personnelle et évolution

Transcription

C'est correct de dire non. J'ai lu beaucoup de livre là-dessus [la prestation de soins.], et c'est un des livres que j'ai lus intitulé It's Okay to Say No. Tout se passe par étapes. Ça provient d'un autre livre que j'ai lu, et j'ai vu qu'ici nous passons tous au travers de ces étapes d'acceptation de la maladie, déni de la maladie, acceptation de la maladie, ensuite l'accompagnement de la maladie et l'accompagnement de votre conjoint.

C'est difficile de répondre à ça. Je suppose parce que j'allais dire prendre fait et cause pour ce que vous devez faire. Mais je pense que ça fait partie de mes antécédents de toute façon parce que j'étais dans la vente et j'étais seul pendant longtemps. Je ne sais pas. Je ne peux répondre à cette question. Je ne sais pas. Je suis comme je suis, je me défends et je dis ce qui doit être dit quelquefois. Je ne choque pas, je ne pense pas avoir choqué beaucoup de gens. Mais les gens viennent me voir lorsqu'ils veulent une réponse directe.

Par exemple, dans mon ancien travail – et je fais la même chose ici avec les gens qui touchent mon épouse et moi avec la SP – mon gérant m'a appelé, en fait le VP à l'extérieur de Montréal, il me dit : « Bon Mike, comment s'est passée la réunion? » et je lui ai répondu : « Vous vouliez appeler M. X. » Il m'a dit : « Je vais appeler M. X », qui était un autre employé, « Je voulais avoir ta réponse parce que je sais que tu vas me dire exactement comment ça s'est passé. » Merci. C'est ce qui est arrivé et voici pourquoi c'est arrivé.

C'est ce que j'ai appris des leçons de la vie, être proche aidant, c'est conserver ces comportements tout en étant proche aidant. Parce que vous devenez proche aidant vous ne pouvez porter votre regard au-delà et dire : « Ah non, c'est correct. Nous allons passer au travers. » Non. Si ce n'est pas fait de la bonne façon, vous avez le droit de dire « non ». Dites-leur, sans être méchant, mais dites-leur directement : « Je n'accepte pas ça. Il faut trouver une autre façon. » Ça provient de mon expérience passée de la vie et ce n'est rien... une partie est reliée à la prestation de soins, et ça m'a permis de passer au travers pour ce qui est de la prestation de soins au jour le jour, parce que je sais si je dois le faire, je peux le faire. Et je pense que plusieurs personnes – et je ne devrais pas parler pour les autres – mais simplement selon ce que j'ai vu, plusieurs personnes ont peur de jouer les trouble-fête. Je ne sais pas si ça répond à votre question.