Devenir proche aidant

Transcription

À partir de l'âge de 4 ½  ans j'ai vécu dans d'un environnement où prendre soin de la famille a toujours été une chose normale. Donc j'imagine que j'ai commencé à être un proche aidant alors que j'avais cinq ans. Ce que je veux dire en fait, c’est que l'expérience de regarder la famille s'occuper d'une personne souffrant d'un traumatisme crânien sévère c’est quelque chose qui a toujours été présent autour de moi. Quand j'étais un petit garçon, à ce moment-là on m'envoyait dans la chambre de ma mère lorsqu'elle devenait agitée ou anxieuse. Lorsque je regarde en arrière, je pense que je comprends pourquoi, et je crois que c'est pourquoi je dis que j'ai commencé à être un proche aidant à ce moment-là, parce que bien que je ne savais pas alors ce que je faisais – ou quelle était l'idée – c'est que peu importe la raison je pouvais la calmer. Donc mes grands-parents maternels, comme je le disais, m'envoyaient dans sa chambre quand elle devenait agitée ou anxieuse et pour quelque raison que ce soit cela la calmait.

Plus je grandissais et plus nous vivions avec les vicissitudes de sa maladie. J'étais activement impliqué là où je le pouvais parce que je le voulais. Et même quand j'étais à l'université, chaque opportunité où je pouvais offrir un répit à mes grands-parents je le faisais. Et réellement, ce n'est que lorsque j'ai fini ma formation, ou une bonne partie de ma formation, que je suis devenu le « service de répit de la fin de semaine » ou « le service de répit des vacances » pour – à ce moment-là – mes grands-parents. Alors qu'ils vieillissaient et que la condition de ma mère changeait, leurs capacités de lui fournir le soutien dont elle avait besoin pour les activités quotidiennes diminuaient, tandis que j'avais terminé ma formation en thérapie. J'ai donc pu assumer ce rôle d'une manière plus formelle. J'imagine que lorsque mon grand-père est décédé, ce fut une crise grave au sein de notre programme familial de soins parce que ma grand-mère ne pouvait pas y arriver seule, et les besoins de ma mère étaient tels que nous avons dû avoir un meilleur plan en place.