Devenir proche aidant

Transcription

J'ai reçu un appel de mon frère qui habite [ville aux É-U.] et il me dit : « Je prends l'avion vers une petite ville, […] près de [ville en Alberta]. Papa a eu une crise cardiaque » ou quelque chose comme ça. À ce moment-là j'ai pensé que papa avait eu une crise cardiaque quelques années plus tôt, probablement 10 ou 15 ans avant. J'ai donc pensé : « C'est peut-être une deuxième crise. Il est peut-être temps d'y aller et de voir ce qui se passe. »

La famille était répartie un peu partout. Je voulais qu'on se rencontre; il voulait juste partir là-bas au plus tôt. J'ai pris l'avion et je me suis rendue là-bas, mais j'ai décidé d'amener une tante avec moi. Je pensais que c'était une bonne idée parce que je n'avais pas vu mes parents depuis un certain temps. Au fil des ans, nous étions en contact pour Noël et des trucs comme ça, et j'allais en visite sur la ferme avec ma fille. Mais j'ai pensé qu'il serait peut-être bien d'amener un accompagnateur, parce que quelquefois les choses ne tournent pas comme on les anticipe. J'ai donc amené ma tante avec moi, comme compagne en quelque sorte. Nous avons rencontré mon autre tante et mon oncle qui sont très près de moi à [ville en Alberta] et nous nous sommes rendus à [ville en Alberta]. C'est une petite ville à l'extérieur de [ville en Alberta] et on nous attendait au poste des soins infirmiers. On m'avait également informée que ma mère était aussi à l'hôpital avec une pneumonie. Il se passait donc beaucoup de choses. Quand je suis arrivée au poste, les infirmières étaient quelque peu évasives et comme j'ai une formation professionnelle d'infirmière, je me suis aperçue que quelque chose n'allait pas.

Donc [l'infirmière] m'a dit : « Votre père est près du poste » et « Votre père, est-ce que vous savez ce qui arrive à votre père? » J'ai dit : « Il aurait eu une crise cardiaque. » Elle a dit : « Votre mère est ici aussi » et j'ai dit : « Commençons par celui qui se porte le mieux. » Elle a commencé avec ma mère et j'ai trouvé ça curieux. Elle a dit : « Votre mère va bien, elle marche avec une marchette, elle a eu bla, bla, bla, une pneumonie. Elle a déjà une MPOC... », et ok c'était correct. Mon père, elle a dit : « Votre père a eu un AVC; il a eu une crise cardiaque. » J'étais sous le choc.