L'avenir et la prestation de soins

Transcription

Je suppose que j'y pense de temps en temps. Je sais qu’à partir de maintenant, cela ne s'améliorera pas pour aucun de nous deux. Les choses ne vont que se dégrader graduellement pour nous deux. Ma santé ne sera pas toujours bonne, je le sais. Je veux dire que si j'avais une crise cardiaque et que je mourrais, alors toute une série de choses devraient se mettre en place pour elle... Ouais, j'ai peur pour ces choses et quelquefois j'en ai tellement assez de cette situation que j'ai pensé à la possibilité de me suicider. Je n'hésite pas à en parler, je l'ai fait récemment dans un des groupes de soutien. Je sais que je ne le ferai pas mais ça me traverse l'esprit à cause du besoin de m'évader de cette situation. Je ne jouis tout simplement pas de la vie à cause de cette situation. Je ne retire pas beaucoup de plaisir de la vie – est-ce que je viens de le dire? Peut-être que je l'ai changé un peu. Ouais, je n'ai aucun, aucun réel plaisir dans la vie. Et je recherche, j'ai un fort besoin de socialiser. Mais, je m'arrête et je pense : « Bien, si j'arrive à socialiser, est-ce que ça va résoudre quelque chose dans ma façon de fonctionner et la manière dont je me sens? »

Mais vous savez que cette maladie a détruit notre mariage de tellement de façons. Ça l'a détruit. Et on ne peut rien y faire, rien; totalement détruit ce que nous avions espéré pour la dernière partie de notre vie et, comme vous le savez, j'aurai 77 ans la semaine prochaine. Je peux compter, je peux faire le décompte des années qui me restent à vivre et j'ai l'impression de rater, de vraiment rater la dernière partie de ma vie, vraiment la rater. Ça me préoccupe. Je ne sais pas si vous vous attendiez à ce que quelqu'un dans ma situation vous parle de ces choses. Je ne sais pas si c'est quelque chose de nouveau que vous entendez de la part d'un proche aidant?