L'avenir et la prestation de soins

Transcription

Comment je vois l'avenir? Bien, je suppose comme proche aidant, l'avenir pour moi est dans cinq minutes. J'essaie de ne pas voir trop loin d'avance parce qu'en 34 ans j'ai appris que les choses peuvent changer en un clin d'œil, et notre idée c'est de maintenir les habiletés fonctionnelles de ma mère et sa qualité de vie. Je pense que le meilleur conseil que j’ai entendu – pour ce qui est d'équilibrer la maison versus l'environnement, et la culpabilité d'être un proche aidant de la famille – est que je ne voudrais jamais m'aventurer à m'obliger d'avoir ma mère à la maison pour le reste de sa vie. Donc, plutôt que de promettre ou faire la promesse à un proche que je vais garder ma mère à la maison pour toujours – elle ne comprendra certainement pas cela de toute façon – mais pour moi-même, il s'agit plus de la promesse qu'elle aura toujours les meilleurs soins possibles. Et si les meilleurs soins possibles sont à la maison, ce sera ça. Mais ça ne veut pas nécessairement dire ça. Donc pour moi l'avenir c'est qu'elle aura toujours les meilleurs soins possibles. J'aimerais croire que ce sera toujours au sein de notre famille. […] Les futurs défis immédiats et à court terme seront ma vie de famille – mes enfants et où ils sont rendus dans leurs vies. Ils sont de plus en plus demandant envers moi et mon épouse. Le futur à moyen terme pour nous – et on se croise les doigts – mais j'espère certainement que mes enfants prennent part activement aux soins, et qu'ils puissent apprécier le fait que ce que nous faisons est quelque chose que tu peux poursuivre. Mais est-ce que ça veut dire que je sais de quoi sera fait l'avenir? Pas vraiment, autre qu'un engagement ferme  de s'assurer que sa qualité de vie sera la plus élevée que nous pouvons lui offrir. Ultimement je sais – que ce soit à la maison ou non – je continuerai d'être un proche aidant. Je suis toujours impliqué 24 heures/jour, 7 jours/semaine; ça prendra peut-être une autre forme en quelque sorte.