Hôpitaux et établissements de soins

Transcription

Alors j'ai appelé le bureau d'assistance aux clients et ils ont été phénoménaux. Mais je pense qu'ils savaient que je n'étais pas, qu'elle n'allait pas partir. Aussi vrai que je m'appelle Fernanda, ma mère n'était pas pour retourner à la maison.

Nous leur avons parlé et nous avons essentiellement mis sans dessus-dessous le 5e étage de la médecine. Ensuite nous avons demandé un changement de médecin, ce qu'ils ont fait. Bon il est venu et il a dit : « J'ai approuvé votre demande de changement de médecin, mais mon collègue... », l'autre gars qui était sur un autre étage ne voulait pas s'occuper de ma mère. Alors maintenant, ils laissent une femme qui a eu une attaque cardiaque majeure, des minis AVC, une patiente de dialyse, sans médecin traitant et sans analgésique parce que seulement un autre médecin peut lui prescrire des médicaments.

Alors on est retourné au bureau d'assistance aux clients. J'ai dit : « C'est tout simplement inacceptable ». Encore une fois ils ont été extraordinaires. Ils ont appelé le médecin du centre d'hébergement, ont réussi à faire un appel conférence avec le personnel infirmier de l'unité et lui ont redonné les médicaments qu'elle prenait avant sa chute. Au moins elle avait ça, même si ce n'était pas grand chose. Ensuite le nouveau médecin est venu deux jours plus tard. Par la suite ce fut phénoménal à partir de ce moment-là. Donc maman est restée à l'hôpital pendant deux autres semaines. Mais encore là, j'étais là pour prendre la défense de ma mère. Mais qu'est-ce qui arrive à ceux qui n'ont personne? Et c'est ce qui fait peur. Alors – l'épaule disloquée et l'incident […] – cela n'a pas été une très bonne expérience. Cela a été en fait une expérience effrayante parce que jamais, en 13 ans dans les hôpitaux, je n'ai jamais pensé que cela arriverait, jamais.

Voir le profil