Impact sur la santé

Transcription

Nous commencions alors le processus de dialyse : brancher la machine, préparer la solution, le brancher et s'assurer que les conduits et les tubes étaient bien placés. Habituellement il s'endormait et ensuite il fallait juste s'assurer que tout était correct. Mais le problème était, en plus de ne pas être capable de voir et d'entendre, s'il s'étendait sur le conduit et le bloquait, ça déclenchait une alarme. Alors ma mère et moi, pendant toute la durée de l'expérience, nous avons perdu beaucoup de sommeil parce que nous devions nous assurer que l'un de nous était à l’écoute. Nos portes étaient toujours ouvertes et nous devions garder un œil sur lui. Il y a eu effectivement un épisode où ma mère a eu besoin d'une fin de semaine pour elle. Alors elle est allée chez ma sœur. Il n'y a essentiellement pas eu de sommeil cette fin de semaine-là parce que je suis très, j'ai le sommeil lourd et je devais m'assurer que mon père était correct. Bien sûr à la minute où ma mère s'en va, quelque chose se produit sur son appareil – Non, ce n'était pas l’appareil, c'était des douleurs à la poitrine. Il y a une procédure pour évaluer cela. Nous lui avons donné de la nitroglycérine pour la douleur, seulement pour voir si cela fonctionnerait, et ça n'a pas fonctionné. Ensuite il y a la procédure – bon ma procédure est – est-ce qu'il faut vraiment appeler le 911? Parce que le 911 le prendra, mais ensuite, 95 % du temps ils l'envoient à [ville en CB] et je n'ai pas de moyen de transport. Habituellement ils ne laissent pas les membres de la famille aller avec eux à moins que – dans ce cas-ci ils m'ont laissé embarquer et ce fut gentil de leur part.

Voir le profil