L'avenir et la prestation de soins

Transcription

En regardant la situation, je pense encore que si l'un ou l'autre de nous en venait à avoir besoin d'aide permanente, comment allons-nous faire? Nos enfants sont loin, étant une petite place, c'est le cas de toute notre communauté, ils ne sont pas à [ville au NB]. Ils travaillent tous loin, je veux dire, ils sont hautement qualifiés. Comment vont-ils s'occuper de nous d'aussi loin? Pour nous, se rapprocher des enfants n'est pas la solution parce qu'ils sont très occupés. Ils ont leur vie, leurs enfants, et en allant là-bas nous perdons notre réseau, nos amis avec qui nous vivons depuis près de 50 ans. Ça devient très difficile  pour les nouveaux immigrants. Ce que je pense c'est que vous ne pouvez quitter la ville où vous avez vécu depuis si longtemps, vous avez besoin de votre famille et votre famille n'est pas là. Notre réseau est très restreint. Certains d'entre eux sont déjà, ils sont malades à notre âge. Certains sont déjà partis; ils ne sont plus là.

Donc je suis très inquiète de la situation des aînés dans les petits centres, dans une résidence ou une maison de retraite. Quel genre de soins allons-nous recevoir là? Par chance je parle anglais. Je n'ai pas de problème mais il y a des gens qui ne parlent pas anglais. Ou si quelqu'un devient – ah Dieu sait ce que nous aurons – si tu souffres d'Alzheimer, […] la langue seconde disparaît. La seule langue que tu peux parler est ta langue maternelle. Et ici, si cette situation arrive, qui va te comprendre, ou qui prendra soin de toi? Donc c'est une inquiétude. Mais mon inquiétude est que, je veux dire, nous devons nous occuper de ces questions. Quand nous avons des populations immigrantes et que ce sont des aînés, quand ils ne peuvent prendre soin d'eux-mêmes, est-ce que le système est prêt à nous offrir des services? Est-ce qu'ils ont des installations? Il n'y a pas que les installations médicales, il y a le soutien moral. Amis ou communauté? Est-ce que nous avons cela pour prendre soin de nous? Donc je pense que c'est mon inquiétude.