Hôpitaux et établissements de soins

Transcription

Si tu veux que ta conjointe reçoive les meilleurs soins, tu dois jouer les troubles fêtes. À un moment donné, n'ayez pas peur de froisser les susceptibilités et de dire « Non, je n'accepte pas ça. Ce n'est pas normal. Vous vous y prenez mal. »

C'est arrivé avec ma femme il y a quelques années. Nous l'avions amenée à l'hôpital avec des douleurs horribles; nous ne savions pas qu'elle avait la SP à ce moment-là. Pour faire une histoire courte, ils m'ont appelé pour que je la ramène à la maison et elle était pire que lorsque je l'avais amenée. J'ai demandé : « Qu'est-ce qui ne va pas chez elle? » et ils ont répondu : « Nous ne savons pas, nous la retournons à la maison. » J'ai dit : « Elle est pire maintenant que lorsque je l'ai amenée. Pourquoi est-ce que je voudrais la ramener à la maison? Elle ne peut même pas se tenir debout, elle est pliée en deux par la douleur. » « Vous devez la ramener à la maison, elle a reçu son congé. » J'ai pris le fauteuil roulant, j'ai fait demi-tour et je suis retourné à l'urgence et j'ai dit : « Elle est à vous » et je me suis disputé avec le médecin. « Qu'est-ce que je vais faire, la ramener à la maison et si elle empire? La ramener? J'ai deux jeunes enfants à la maison. Je ne la ramène pas à la maison. » J'ai fait demi-tour et je suis sorti. Ce n'était pas facile mais j'ai fait demi-tour et je suis sorti.

Et c'est là où je veux en venir. Comme proche aidant tu dois savoir quand te tenir debout, et les hommes ont tendance – et ici je ne fais que donner une perspective – les hommes ont tendance à résister et dire : « Non, ce n'est pas comme ça que ça va se passer. » Et partir. Mais votre conjointe ou votre épouse doit savoir que tu ne pars pas et que tu ne l'abandonne pas. Vous le faites parce qu'elles ont besoin d'aide. Et j'espère que ça répond à votre question.

Voir le profil