Questions juridiques

Transcription

C'est difficile de se rappeler, mais être un proche aidant  ̶  et vous avez mentionné l'invalidité de longue durée – nous allons parler d'assurances. Une chose que vous devez faire comme conjoint c'est d'être leur représentant et vous ne pouvez pas ignorer les compagnies d'assurances. Supportez et – ne prenez pas fait et cause, ce n'est pas ce que j'essaie de dire – mais tenez vous debout et soyez fort avec les compagnies d'assurances. La chose la plus importante qu'on nous a dite comme couple – et tous ceux qui deviendront des proches aidants devraient commencer à faire ceci avec la personne qui devient malade ou dont la maladie s'aggrave – vous commencez un journal. Ma femme a écrit tous les jours dans ce journal pendant plus de deux ans, avec qui elle a fait affaire à la banque, avec les compagnies d'assurances. Et lorsqu'est venu le temps pour les assurances, lorsque le courtier d'assurances s'est présenté chez nous pour nous questionner, pour demander des questions ou pour compléter un questionnaire, ma femme était capable de sortir son journal et de dire : « Oui, cette journée-là j'ai parlé avec telle personne. »

Nous sommes passés au travers et c'est une longue histoire – je ne vais pas m'étendre là-dessus – mais éventuellement le courtier a demandé c'était quoi ce livre et elle a dit : « C'est mon journal depuis le jour où j'ai reçu mon diagnostic, et lorsque vous partirez aujourd'hui, je vais le compléter avec notre rencontre. » Et la dame a répondu : « Bien, pas de problème. Nous allons accepter. Vous êtes maintenant en invalidité de longue durée. » Mais avec ça, elle continuait de me demander pourquoi j'étais toujours là. « Pourquoi êtes-vous ici avec votre épouse? » Je lui ai répondu : « Pourquoi est-ce que je ne serais pas avec mon épouse? Nous prenons les décisions ensemble; nous avons acheté la maison ensemble, nous achetons notre auto ensemble, nous achetons des REER ensemble. C'est notre parcours. Ce n'est pas seulement vos affaires et celles de mon épouse. » Elle avait de la difficulté à accepter cela et à la fin j'ai dit : « Regardez, je suis vendeur. Mon travail c'est de vendre aux gens des choses qu'ils ne veulent pas acheter. Et votre travail » et je lui ai répété lentement « Votre travail comme courtier d'assurances est de ne pas nous donner un sous. Et c'est votre travail. Je ne suis pas fou. C'est pour ça que vous êtes ici, pour vous assurez que nous ne trichons pas. Et mon travail comme époux c'est de m'assurer que nous obtenons chaque sous qu'elle mérite pour rendre notre vie plus facile. » Alors tous ceux qui se retrouvent du côté des proches aidants doivent se souvenir qu'ils sont solidaires de leur conjoint et que ce ne sera pas une bataille facile. Et quelquefois c'est bon, et il n'y a pas eu vraiment de gros problèmes et nous avons été capables d'obtenir ce que nous voulions, ce que nous méritons de la part de la compagnie d'assurances.