Les effets du comportement des bénéficiaires de soins

Transcription

Elle est dans une suite adaptée qui est équipée pour une personne légèrement handicapée et non pas pour quelqu'un qui devient de plus en plus handicapé avec le temps, comme c'est son cas. Donc, ce n'est pas nécessairement l'endroit le plus sécuritaire pour elle et le logement avec assistance fait surface, encore et encore, et ça la terrifie. Elle ne veut pas en entendre parler. Elle a fait des chutes réellement importantes. Une fois elle est tombée et elle s'est presque fracturé un bras. Elle est restée étendue là pendant 2 ½ heures avec personne autour. Quand une des soignantes est finalement arrivée, comme elle n'avait pas la clé de la porte, elle a dû défoncer la porte pour la rejoindre. Et a) c'est arrivé et elle est clairement dans une situation qui n'est pas sécuritaire, et b) elle ne me l'a pas dit avant 5-6 jours. Je traversais autre chose à ce moment-là. Elle n'a pas voulu m'importuner et elle ne me l'a pas dit. Assez étrangement, je l'avais appelée – je l'appelle tous les jours – je l'avais appelée cette journée-là et elle ne m'avait pas rappelée. Je suis toujours inquiète lorsqu'elle ne me rappelle pas, parce que tous les jours je ne sais pas ce qui arrive. Et à ce moment-là j'avais délibérément décidé de ne pas m'emballer et que c'était correct. C'est correct qu'elle ne me rappelle pas toujours. Elle m'avait rappelée le lendemain. Mais je vais la voir 4 jours plus tard ou peu importe, elle a les bras noirs et bleus et elle a le bras en écharpe, ou peu importe. Je lui ai dit : « Tu ne peux pas ne pas me le dire quand des choses comme celle-là arrivent parce que j'ai constamment peur que des choses comme ça arrivent et que je ne le sache pas. Tu n'as que validé cette expérience et ce sentiment pour moi. Maintenant, quand tu ne me rappelleras pas, je vais penser que tu es tombée et que tu t'es cognée la tête, que tu saignes sur le plancher ou quelque chose comme ça. »

J'essaie de m'y faire mais j'essaie de l'appuyer dans ses décisions autant que je le peux, et le fait qu'elle veuille demeurer indépendante le plus possible, et demeurer là où elle est. Elle était décoratrice d'intérieur donc son espace intérieur est extrêmement important pour elle, probablement au sommet de ses priorités. Elle veut donc demeurer dans un endroit où elle se sent bien et où elle est la plus indépendante possible. Et je veux l'appuyer bien que je sache qu'elle met sa vie en danger presque tous les jours. C'est ce que j'en pense. Ce n'est pas ce qu'elle pense, mais c'est certainement ce que j'en pense. Mais c'est son choix et sa décision qui ont de graves répercussions sur moi et sur ma vie quotidienne. Je suis certaine que ce sera une bataille jusqu'à ce qu'elle meure, parce que c'est simplement qui elle est.