Découvrir pourquoi et comment les proches aidants dispensent des soins

audioclip
Transcription

Je veux dire, si je suis brusquement honnête, et c'est ce que j'ai dit à mon ami l'autre jour à qui je peux dire ce genre de choses – et je ne suis pas certaine si vous voulez, si vous allez vouloir mettre cela dans votre entrevue – j'ai dit : «Tu sais, si j'avais su il y a cinq ans ce qui était pour arriver, je serais peut-être partie.» Parce que ce n'est pas une relation; tu as une personne malade et quelqu'un qui en prend soin. Peut-être qu'il y a des personnes qui sont capables de contourner cette réalité. Je n'ai pas vraiment trouvé comment contourner ça, parce que je n'aime vraiment pas être une proche aidante. Et je pense en quelque sorte que mon mari n'a pas trouvé comment contourner ça lui non plus parce qu'il sait que je ne suis pas heureuse de faire ça. Ce que je veux dire, j'essaie et je le fais. Je ne me plains pas. Quelqu'un m'a dit l'autre jour : «Bien tu ne te plains jamais de ça» et j’ai répliqué : «Bien à quoi ça servirait? C'est inutile de se plaindre; c'est simplement ce que je dois faire.» Je veux dire qu’il n'y a pas de choix ici. Donc, c'est inutile de se plaindre, ça ne changera rien. Mais je suis certaine que mon mari vous dirait qu'il y a des moments – je ne le fais pas volontiers. Je le fais parce que je dois le faire et je ne suis pas très contente d'admettre ça. Je veux dire, c'est vrai, mais j'aimerais pouvoir le faire parce que c'est tellement amusant, ou que cela te rapproche ou.... Non. Ce que je veux dire c’est que je ne pense pas que ce soit vrai. Ce n'est pas vrai pour moi de toute façon.

Voir profil