Société et prestation de soins

audioclip
Transcription

Je ne vois vraiment pas beaucoup d'information pour quelqu'un qui est plus jeune, qui travaille, ce genre de choses. Ça n'existe tout simplement pas. Ce n'est pas reconnu comme « peut-être qu'il n'y a pas beaucoup de personnes qui assument ce rôle » mais il y en a; j'ai rencontré des gens en étant une proche aidante. J'ai rencontré un certain nombre de personnes, probablement dans mon groupe d'âge ou plus jeunes qui donnent des soins à leur conjoint. Alors ce que je veux dire c’est que ça ne semble pas attirer l'attention. Et tous les programmes fédéraux dont j'ai entendu parler semblent s'adresser aux proches aidants plus âgés ou aux proches aidants des membres âgés de la famille – des parents. Je ne vois rien d'autre. Il faut quelque chose concernant... il faut du soutien pour les personnes qui travaillent. Je veux dire que je connais des personnes qui ont laissé leur travail; elles n'ont pas le choix. J'ai le choix parce que j'ai un employeur – bon je suis syndiquée alors j'ai des droits, des bénéfices et tout que d'autres n'ont pas […]. Alors je me considère chanceuse de plusieurs façons parce que j'ai ces choses que bien d'autres gens n'ont pas. Ils ne peuvent qu'abandonner leur travail. Je travaille avec beaucoup de personnes en congé pour invalidité – des personnes handicapées sous le gouvernement provincial – et, ce que je veux dire c’est que plusieurs de ces personnes sont dans cette situation parce qu'elles ont eu des problèmes de santé et qu'elles n'avaient pas d'autre choix. Et maintenant, elles vivent avec 901 $ par mois. Je suis reconnaissante pour ce que nous avons. […] Je penserais que c'est vraiment déplorable qu'il n'y ait aucun soutien pour les gens.

Voir profil