Voyage, vacances et répit

audioclip
Transcription

J'essaie de planifier une croisière à chaque année, parce qu'il le faut. Il faut que je parte, même si c'est difficile. Je veux dire que je ne sais même pas. Ça sera plus facile lorsqu'il sera en soins de longue durée parce que je vais savoir qu'on en prend soin. Ces dernières années, je dois réunir un paquet d'éléments; mes enfants doivent prendre congé de leur travail ou – bon, un de mes fils est enseignant, il ne peut pas prendre congé, mais mon autre fils peut ajuster son horaire […] ou la famille de mon époux vient de Québec, ou autre chose. Mais vous réunissez tous ces éléments, vous espérez que ça va fonctionner et vous partez.

[…] Et je suis assez bonne, j'ai appris cela par mon travail, je suis assez bonne à compartimenter ça. Quand je pars, je peux presque tout laisser. Dans les faits nous... Je veux dire que nous blaguons, et c'est une blague très sombre. Je vais la conter et vous pourrez la retirer si vous pensez que ça l'est trop. C'était l'année avant l'année dernière lorsque je suis partie deux semaines avec une amie pour une croisière en Alaska. Mon époux était très malade avant mon départ, bien qu'il ne fût pas hospitalisé. Cependant, il a été hospitalisé peu après mon départ, ce que je n'ai jamais su parce qu'on ne me l'a pas dit – et mes enfant m'ont dit : « Maman, si quelque chose arrive pendant que tu es partie, nous le garderons sur la glace jusqu'à ton retour. Vas-t-en. » Qu'est-ce que vous pouvez faire? Et c'est vrai. Il a effectivement failli mourir pendant que j'étais partie, mais ils ne m'ont pas appelée. Je veux dire que dans les faits mon fils, qui était ici lorsqu'ils ont appelé l'ambulance quand il a failli mourir, m'a envoyé un courriel disant : « Ah, tout va bien. » Il a dit ça parce que son frère lui a dit qu'il ne pouvait rien dire. Alors vous devez, vous devez laisser les choses comme elles sont et trouver une façon pour faire en sorte que les choses fonctionnent.

Voir profil