Émotions et sentiments complexes

Transcription

Ce que l'unité de dialyse avait et qui fut une source de soutien phénoménal pour moi – et je ne sais pas si ça existe encore ou non – c'était peu après que mon père, peu après le décès de mon père et après que ma mère recommence la dialyse. Je passais au travers d'une période vraiment difficile, vraiment difficile – j'essayais de jongler avec mon travail, les rendez-vous de ma mère. Je ne savais pas si elle passerait au travers, essayer de faire son deuil suite au décès de mon père, je ne savais pas si elle passerait au travers ou non – et j'étais tout simplement vraiment dépassée. Son nom était [nom de la travailleuse sociale] et elle était le genre de travailleuse sociale qui venait me voir au travail pendant une heure. Je prenais mon lunch avec elle une fois par semaine quand elle venait me parler. Et il y avait des moments où je ne sais pas comment j'aurais fait autrement, parce qu'elle me donnait les techniques en me parlant et en me faisant des suggestions, et par sa compréhension. Et n'importe quand lorsque j'avais ces sentiments et que je disais : « Comment est-ce que je peux me sentir comme ça », elle me répondait toujours : « C'est normal. Tu es correcte. » Lorsque vous ne vous sentez pas bien, lorsque vous pensez que vous n'êtes pas normale, elle a été d'un grand soutien pour moi. C'était par le biais de la santé régionale et je ne sais pas s'ils offrent ce service encore ou non – je ne pense pas. Quant à elle, son mari a eu le cancer et elle est devenue une proche aidante. C'est drôle comment la roue tourne.

Voir le profil