Se débrouiller au sein du système de santé

Transcription

Tu sais des soins euh… Comme exemple, je suis dans la salle d’opération, dans une salle d’opération. Ça te dit exactement l’ambiance hein! Je me suis fait opérer quatre fois, je commence à le savoir! Il y a des fois que c’était comme … Ça pouvait être agréable, la façon que les gens interagissent entre eux autres, se parlent. Mais il y a d’autres fois! Tabarnouche! J’ai demandé : « Est-ce que vous pourriez m’endormir un peu avant là? » Je n’en pouvais plus! Je sentais… Ils ne travaillaient pas en équipe, c’était comme de l’agressivité. Ça, je me dis, on n’a pas à supporter ça. Là il y a un résident qui vient pour me donner l’injection. Est-ce que c’est pour endormir, je ne sais pas trop. Puis lui, je crois qu’il ne l’a jamais fait ou qu’il ne l’a pas fait souvent, mais il rentre dans la veine, puis il me fait mal! Puis il me fait mal! (soupir) Là je sais que je suis avec un résident! Bon là je prends des grandes respirations, je me parle : « Ginette, il faut qu’il apprenne, relaxe! Tu vas l’aider, relaxe! » Mais là, il zigonne avec l’aiguille dans la veine! Là j’ai dit : « Regarde, excuse-moi, je n’en peux plus. Sors! Sors! » Là j’ai dit : « Regarde, recommence le nombre de fois que tu veux, mais zigonne pas dans la veine, parce que ça fait trop mal! » Il a recommencé, puis là il était… Je voyais qu’il était stressé lui là, parce qu’il ne l’avait pas. Là je me parlais! Je me parlais, bon, elle est bleue un peu… Bon ça a fini que c’est son… L’anesthésiste qui est venu, il a essayé 3 fois, puis il n’a pas réussi. L’anesthésiste a essayé de me changer les idées en me parlant. Je voyais bien que c’était rien que pour me changer les idées. Puis là l’anesthésiste est venu lui-même, puis là, il leur a montré comment faire, puis… Là quand je suis retournée, parce que là, il fallait que je sois encore réopérée! Parce qu’il faut que tu ailles à la chirurgie préopératoire, j’ai dit : « Écoute, je suis tu obligée d’accepter d’avoir un résident qui ne sait pas piquer? Là je ne veux pas le ravoir. Excuse-moi, j’ai fait ma part. Ma part est faite! » (rire) Elle a dit : « Oui, vous avez le droit de refuser. C’est correct. » Mais je l’ai demandé. Puis finalement ça n’a pas été lui là… Mais tu sais, ce n’est pas le fun! Ce n’est pas vraiment plaisant. Ça fait que les soins dépendent 1. De la personne elle-même, mais il faut dire aussi qu’ils sont très, très occupés. Je ne m’en cache pas…

Voir le profil