Parler du cancer avec les enfants

Transcription

Les enfants sont tous arrivés de l’école cet après-midi-là. Nous nous sommes assis avec eux. Ils étaient adolescents; première année d’université et deux au secondaire. Je les ai informés que j’avais reçu un diagnostic de cancer, que je subirais une biopsie et que c’était tout ce que je savais. Beaucoup de larmes, beaucoup de questions. La seule chose que je voulais qu’ils sachent c’était qu’ils pouvaient texter leurs amis, les en informer, en parler avec les parents de leurs amis, parce qu’à cet âge les amis sont importants, ensuite ils se préoccupent d’eux-mêmes. Les parents sont plus bas dans leur liste de priorités. Je ne voulais pas qu’ils aient peur en silence ou seuls et je voulais qu’ils puissent nous poser des questions. Nous en avions discuté mon époux et moi au préalable. Maintenant que ça fait trois ans depuis le diagnostic initial, nous avons parlé de la façon dont nous leur avons annoncé, et si oui ou non nous aurions dû leur dire d’en parler avec leurs amis. Ils ont pensé que c’était absolument génial qu’ils n’aient pas eu à se cacher et que ce ne fut pas un secret de famille. Leurs amis étaient aussi ouverts à nous poser des questions. Ça s’est produit au moment où ma fille commençait son cours en soins infirmiers et pour ses amis de classe je suis devenue leur patiente-test à bien des égards. Ce fut une expérience d’apprentissage mais nous avons toujours dit : « Si vous ne savez pas, n’ayez pas peur de ce que vous ne savez pas. Demandez-le et si nous ne connaissons pas la réponse nous allons la trouver. »

Voir le profil