Se débrouiller au sein du système de santé

Nous avons demandé aux femmes que nous avons rencontrées en entrevue de nous parler de leurs expériences au sein du système de santé et plusieurs ont affirmé qu’elles s’estimaient satisfaites de celui-ci ou à tout le moins en partie. Elles ont souligné des choses qu’elles ont appréciées comme une organisation efficace des soins, une bonne collaboration entre les établissements, la transition harmonieuse entre les soins de santé privés et les soins de santé réguliers, ainsi que leur gratitude de recevoir des soins gratuitement. Mais la plupart des femmes ont également fait face à des difficultés et des problèmes au sein du système de santé. Nous présentons ci-dessous les expériences des femmes dans la gestion de leurs soins, la navigation dans le système de santé, les problèmes qu’elles ont rencontrés et leurs conseils pour améliorer le système.

Gestion de leurs soins

La plupart des femmes ont dû apprendre à gérer leurs soins et à naviguer dans le système. Elles nous ont fait part de choses comme faire son propre chemin et être son propre défenseur, ne pas reculer, ne pas avoir peur. C’est beaucoup de travail ou c’est difficile et il faut se fier seulement à son instinct ou faire preuve de cran. Shelley a trouvé qu’il était difficile de gérer ses propres soins lorsqu’on n’a pas toute l’information.

Se débrouiller au sein du système de santé

Tu sais des soins euh… Comme exemple, je suis dans la salle d’opération, dans une salle d’opération. Ça te dit exactement l’ambiance hein! Je me suis fait opérer quatre fois, je commence à le savoir! Il y a des fois que c’était comme … Ça pouvait être agréable, la façon que les gens interagissent entre eux autres, se parlent. Mais il y a d’autres fois! Tabarnouche!

Voir le profil

Les femmes décrivent les choses qu’elles font pour améliorer la gestion de leurs soins, comme écrire l’information et l’organiser dans des dossiers. Quelques-unes ont sélectionné leurs propres médecins ou ont demandé une deuxième opinion (voir aussi la section Relations avec les professionnels de la santé).

 

Se débrouiller au sein du système de santé

Je pense que la plupart des professionnels de la santé sont de bonnes personnes – je veux dire manifestement ils sont dans les soins de santé et ils font leur travail parce qu’ils veulent prendre soin des gens n’est-ce pas? Et ils font de leur mieux dans le système actuel pour le faire.

Voir le profil

 

Se débrouiller au sein du système de santé

Est-ce que j'ai perdu la confiance? Je ne sais pas quoi te répondre? Parce que je suis un peu mitigée, parce que quand ils ont failli me donner une injection d’insuline, alors que je n’étais pas diabétique, c’est dur pour la confiance. Euh… Je suis plus sur la défensive, présentement.

Voir le profil

Certaines femmes ont également mentionné leur usage ou leur désir d’utiliser la marijuana, que ce soit pour le contrôle de la douleur ou pour améliorer la perception gustative. Elles estimaient que ce traitement devrait être disponible plus facilement pour les patientes, et bien que certains cliniciens soient favorables, les systèmes ne sont pas en place partout pour la prescription et la livraison.

Navigation dans le système

La navigation dans le système de santé n’a pas été facile pour la plupart, particulièrement lorsque les femmes avaient plusieurs  choses à faire sur une courte période. Elles évoquent les moyens qui pourraient faciliter les choses, comme être capable de parler à une infirmière pivot ou éduquer les patientes à propos de leur maladie afin qu’elles puissent gérer leurs soins. Les femmes avaient des opinions différentes concernant la prise de responsabilité pour la gestion de leur maladie. Kathryn a déclaré : « Cette maladie est la mienne, ce n’est pas seulement celle des médecins et je vais le faire à ma façon. », alors que d’autre part Christine a mentionné : « Je suis tellement loin des classes d’anatomie, de chimie et de biologie, j’en ai aucune idée. Alors vous êtes les professionnels, vous devez comprendre ce qui se passe. »

Se débrouiller au sein du système de santé

Je siège au Conseil consultatif des patients et des familles d’Action Cancer Ontario ainsi qu’au Centre régional du cancer. Au Canada nous sommes en retard sur les soins axés sur le patient. Malgré tout au fil des ans nous avons remis entièrement nos soins aux prestataires de soins et c’est aberrant, ça ne devrait pas se produire.

Voir le profil

Se débrouiller au sein du système de santé

Donc le cours normal des événements serait que je subisse de la chimiothérapie pendant six mois et parce que j’avais un nodule positif, ils voulaient aussi faire de la radiothérapie sur la zone de la poitrine et la zone supraclaviculaire ici.

Voir le profil

Bien que tout le monde ait des approches et des niveaux de confort différents pour aborder leur maladie, l’adaptation au ‘système’ était quelque chose de problématique. Comme le mentionne Laurie : « Mes dossiers médicaux sont éparpillés dans neuf lieux différents et aucun ne possède le dossier complet. Je suis la seule à connaître tout l’historique, ce qui n’est pas une bonne chose, vraiment pas. »  D’autres femmes ont également noté soit qu’elles ou leur médecin de famille étaient les seules personnes qui détenaient le portrait complet.

Continuité des soins

Lorsque Laurie a appris qu’elle était atteinte d’un cancer du sein, sa première inquiétude fut d’avoir à traiter avec le corps médical. À l’instar de Laurie, plusieurs autres femmes se sont exprimées sur la nécessité de subir une variété de traitements dans des endroits différents. Par exemple, Jeanette a été déplacée d’un endroit à un autre immédiatement après que le fil guide pour la biopsie ait été mis en place et elle a dû tenir une coupelle sur son sein pour le protéger. Ginette a mentionné les impacts financier et physique lorsque vous devez vous déplacer à différents endroits. La distance pour recevoir les soins était un problème pour plusieurs femmes. Les services de radiothérapie de Jocelyn étaient à deux heures de route; certaines femmes ont dû demeurer dans une autre ville pendant leur traitement. Voir Radiothérapie.

Les communications avec les équipes de soins de santé ainsi qu’entre les établissements ont été soulignées comme un problème pour certaines.

 

 

Shelley indique qu’elle avait une bonne communication avec ses professionnels de la santé mais qu’il y avait un manque de communication entre eux. Amanda pense que malgré le système électronique elle était quand même le « lien » pour s’assurer que toute l’information était au bon endroit. Debbra vous prévient de vous assurer que la pharmacie soit au courant des médicaments que vous prenez parce qu’elle n’est pas toujours reliée à l’agence du cancer. Julia et Tina ont refusé l’hormonothérapie et leur oncologue les a informées qu’il ne pouvait plus assurer leur suivi. Julie voit présentement un naturopathe et Tina voit son chirurgien. Nadia (A) a mentionné ne jamais appeler son médecin pour un suivi et qu’elle attendait que celui-ci la contacte. Sa fille, qui était présente lors de l’entrevue, a souligné l’hésitation des personnes d’une autre culture à contacter le médecin pour un suivi.

Les temps d’attente étaient un problème pour plusieurs femmes; certaines d’entre elles nous ont parlé des temps d’attente avant les rendez-vous et d’autres des longues périodes d’attente entre le diagnostic et le premier traitement – le temps leur a paru particulièrement long lorsqu’elles n’avaient pas encore de système de soutien en place. Plusieurs femmes pensaient que c’était une des choses les plus importantes pour l’amélioration du système de santé.

Cadres de pratique privée

Plusieurs femmes ont subi des traitements en pratique privée, quelques-unes pour accélérer les traitements. Cependant, certaines femmes se sont retrouvées en pratique privée accidentellement, comme par exemple Annie qui pensait que son assurance couvrait les services en clinique privée. Malgré les coûts additionnels, les femmes étaient contentes d’avoir accès aux soins en temps opportun dans les cliniques privées et estimaient qu’il y avait une bonne collaboration entre la clinique et le système régulier.

 

Se débrouiller au sein du système de santé

audioclip
Transcription

Bon je pense que le Québec offre une étude de cas intéressante, qu’est-ce que je peux dire de plus. Il y a plusieurs expériences du patient maintenant. Au Québec vous trouverez que les gens payent pour certains de leurs soins parce qu’il y a 250 médecins qui sont désaffiliés de la RAMQ et plusieurs d’entre eux sont des chirurgiens spécialistes du cancer et des oncologues. Mon oncologue s’est joint au système privé au milieu de mon traitement. J’ai donc commencé avec ma carte d’assurance-maladie et maintenant lorsque je le vois c’est ma carte Visa qui fonctionne.

Vous savez et je ne suis pas… ce n’est pas une déclaration politique que je fais à ce sujet. C’est simplement comme patiente, ces changements sont difficiles spécialement au milieu des traitements. Lorsque vous vous êtes habituée à un oncologue, vous ne voulez pas vous départir de cette expertise. Les patients sont alors très vulnérables et ces médecins ont le droit de faire ça. Je pense qu’ils pensent effectivement qu’ils peuvent offrir de meilleurs services à un plus petit groupe de patients lorsqu’ils sont au sein d’un système privé. Je comprends qu’il ne s’agit pas d’une réponse simple, c’est seulement que j’ai été surprise de devoir payer pour mes soins.

 

Voir profil

 

Processus inapproprié

Certaines femmes ont subi des interventions ou eu des interactions inappropriées avec le système, ce qu’elles ont trouvé difficile émotionnellement. Lorna a reçu un appel pour prendre un rendez-vous de dépistage après sa mastectomie et Amanda a souligné sa frustration de devoir raconter son historique familiale encore et encore.

Se débrouiller au sein du système de santé

La première visite pour mammographie était drôle. Je comprends qu’ils doivent poser toutes ces questions. Bien entendu, maintenant j’y vais régulièrement, à tous les six mois ou je pense que c’est seulement une fois l’an maintenant.

Voir le profil

Conseils

Les femmes ont suggéré d’offrir plus de soutien aux professionnels de la santé afin qu’ils puissent passer plus de temps avec les patients. Une « trajectoire du cancer du sein » pourrait aider les patientes à éviter des problèmes, à ne pas tomber entre deux chaises du système (par exemple de meilleurs conseils au sujet de l’exercice et de la physiothérapie après une lymphadénectomie). Certaines femmes ont mentionné la formation du personnel afin d’adopter une approche globale de la personne et de porter une meilleure attention au bien-être émotionnel des patientes, par exemple  fournir plus de centres de bien-être. Amanda mentionne qu’il est essentiel pour sa province de couvrir les coûts associés à la préservation des ovules. Elle a aussi souligné l’importance d’avoir des services d’urgence séparés pour les personnes qui subissent des traitements de chimiothérapie parce qu’elles ont un système immunitaire déficient.

 

Review date
2019-09

Sujets