Chirurgie

La plupart des femmes atteintes de cancer du sein finissent par avoir besoin une chirurgie pour retirer une tumeur. Une tumorectomie ou une mastectomie partielle fait partie d’une chirurgie de conservation du sein, et l’ablation complète du sein peut être faite par mastectomie simple ou bilatérale. Le chirurgien proposera typiquement la chirurgie recommandée, et la plupart du temps il s’agira d’une tumorectomie lorsque c’est possible, et une mastectomie si c’est nécessaire à cause de la condition médicale de la femme. Une mastectomie bilatérale est rarement recommandée et seulement dans les cas où le risque de cancer du sein est élevé, comme dans les cas de certains cancers du sein héréditaires. Si désiré, le sein peut être reconstruit en même temps que la chirurgie ou plus tard. Cliquez sur Chirurgie de reconstruction. Habituellement le chirurgien vérifie le ganglion lymphatique sous le bras au moment de la chirurgie pour vérifier la propagation du cancer, soit par une biopsie des ganglions sentinelles ou une cytoponction des ganglions axillaires (aisselle).

Les femmes avec qui nous avons parlé évoquent la période entre la découverte d’une masse et la chirurgie comme très précaire. Vous pouvez en lire davantage à ce propos dans les sections Examen et diagnostic et Perspectives du parcours de soins. Les femmes décrivent les différentes réactions et les différentes stratégies d’adaptation face à la chirurgie. Certaines femmes nous ont parlé de garder en perspective la perte d’une partie de leurs seins mais non leur vie. La plupart des femmes ont décrit une période d’adaptation et trouver un nouveau sens dans les changements reliés à leur corps. Lorsque les femmes sont confrontées à des complications ou des expériences négatives lors de leur chirurgie, cette période peut représenter un défi particulier. Vous pouvez en lire davantage au sujet de l’impact émotionnel sur les femmes dans Émotions complexes.

 

Tumorectomie/mastectomie partielle

Patricia et Isla expliquent qu’une mastectomie partielle et une tumorectomie pour retirer le cancer de leur sein sont essentiellement le même type de chirurgie.

Chirurgie

L’autre chose qu’il m’a dite qui est, je pense, vraiment importante pour les femmes de comprendre, il a dit : « Ne pensez pas à ça comme une tumorectomie. N’appelez pas ça une tumorectomie. Les gens appellent ça comme ça, mais ça ne l’est pas.

Voir le profil

 

Les résultats d’une tumorectomie sont décrits par plusieurs comme une « petite différence de volume » difficilement repérable. Par exemple, Amanda fut agréablement surprise de trouver une petite incision sous son gros bandage. Pour certaines femmes cependant, les changements étaient plus importants et elles ont exprimé leur surprise ou leurs expériences beaucoup moins plaisantes.

Les masses de Donna et Kathryn étaient plus grosses que ce à quoi elles s’attendaient initialement. Iceni avait une plus grosse cicatrice que ce qui lui avait été expliqué, ce qui fut une expérience bouleversante pour elle. Et, bien qu’inhabituel mais inévitable dans certains cas, Ginette et Patricia ont développé un hématome (un œdème de caillots sanguins à l’intérieur des tissus) et ont dû être traitées à l’hôpital. Généralement, les femmes avec qui nous avons parlé ont expliqué comment elles avaient appris à vivre avec les changements de leur apparence.

 

Marges claires/imprécises après une tumorectomie

Plusieurs femmes que nous avons interviewées avaient subi une tumorectomie et ont appris par la suite que tous les tissus cancéreux avaient été enlevés avec succès et que les ‘marges’ étaient claires – aucune cellule cancéreuse n’a été trouvée près des tissus retires.

Chirurgie

Ils ont fixé la date de ma chirurgie, je pense que c’était le 21 août, je m’en souviens très bien et c’était une sensation très angoissante. Je ne savais pas ce qui était là mais j’ai eu de la chance. Lorsque la chirurgienne est sortie, elle a dit à mon époux que je serais bien, qu’il ne s’était pas répandu.

Voir le profil

 

Dans des cas plus inhabituels, les femmes ont dû subir une deuxième chirurgie (soit une révision des marges ou une mastectomie) parce que leurs marges n’étaient pas claires. Quelques femmes ont compris que c’était une possibilité, mais pour d’autres ce fut une grosse surprise et une déception. La masse enlevée est testée pendant la chirurgie (la section gelée) afin de vérifier les cellules cancéreuses près des marges. Cependant, le test plus précis prend plus de temps et ne peut être fait qu’après la chirurgie, autrement les patientes devraient être sous anesthésie pendant une longue période. Dans certains cas, on trouve que les marges ne sont pas claires et qu’une autre chirurgie est nécessaire.

Chirurgie

Il était mal à l’aise. Mais moi, j’ai fait une crise, je n’ai pas pleuré! Je n’ai pas été capable de pleurer! J’étais trop en colère. J’étais ok, au-dessus… Puis là elle écrivait puis tout ça, puis là mon chum, il a dit : « Calme-toi… ». Finalement elle a dit : « Non, laissez-la faire, elle a besoin de ça, puis je suis habituée. Laissez-la faire, c’est correct… ». En voulant dire : « Bon, ok. ». J’ai dit : « Dis-moi pas que je vais repasser ça par rapport à ça… ». Dis-moi pas que vous avez manqué… En tout cas, il n’y a rien, je ne me rappelle plus de tout ce que je lui ai dit, mais c’était … Puis j’aime mieux ne pas m’en rappeler non plus là. Ce qui fait que là, finalement, je redescends à la réception, je repasse un autre questionnaire, là on me donne une date de chirurgie, 4 semaines après. Bon. Puis quand je suis arrivée, finalement je n’ai pas eu besoin d’attendre longtemps. Finalement j’ai attendu ça avec patience puis tout ça. Puis là, mon chum a dit : « Écoute, il faut se rassurer, ça fait deux fois qu’elle t’opère, normalement la deuxième fois, elle ne devrait pas manquer son coup. » Parce qu’elle a 25 ans d’expérience puis elle doit savoir comment faire puis quoi faire? Elle a manqué la première fois, normalement elle devrait être d’aplomb. Puis elle devait prendre ses mires pour que ça soit correct après la deuxième.

Voir profil

 

Pour Samantha et Julia, ce fut le moment où elles ont demandé au chirurgien si elles pouvaient subir une mastectomie plutôt qu’une deuxième tumorectomie. Julia espérait éviter la radiation si elle optait pour une mastectomie. On a recommandé à Samantha d’attendre la fin du traitement afin qu’elle soit certaine de ne pas regretter sa décision. Naoual a appris que la prochaine étape était une mastectomie et attendre encore pour la chirurgie l’inquiétait tellement qu’elle a demandé à être cédulée plus tôt; deux jours plus tard elle a reçu un appel parce qu’il y avait une annulation. Naoual a eu de la difficulté à comprendre pourquoi le chirurgien n’avait pas vu que les marges n’étaient pas claires lors de la première chirurgie. Subir une deuxième chirurgie fut difficile. Elle confie : « Ce n’est pas facile de vous préparer psychologiquement à cette étape. » Tout comme Naoual, d’autres femmes ont trouvé qu’il était ardu de comprendre comment il est possible d’avoir à subir une deuxième opération et quelquefois une troisième.

May-Lie et Ginette avaient des marges imprécises après leur deuxième intervention, ce qui peut arriver en de rares occasions, et elles ont ensuite subi une mastectomie. Subir trois chirurgies en peu de temps a eu un effet très néfaste sur elles. Ginette a difficilement récupéré physiquement de ses interventions et elle a beaucoup de cicatrices. May-Lie a souffert émotionnellement de la piètre communication avec son équipe de soins de santé.

 

Chirurgie

Et j’ai été effectivement réopérée une deuxième fois, et là, ils m’ont mis des agrafes parce qu’il fallait faire ça.

Voir le profil

 

Ganglions lymphatiques (biopsie des ganglions sentinelles)

Les femmes nous ont parlé de l’enlèvement des ganglions lymphatiques pendant la chirurgie, variant de quelques-uns à 30. Lorsque ceux-ci étaient cancéreux, on conseillait aux femmes de recevoir de la chimiothérapie à cause de leur type spécifique de cancer. Laurie a eu un ganglion positif mais elle a demandé de subir des tests additionnels avant d’opter pour la Chimiothérapie.

 

Chirurgie

La première fois que j’ai eu la chirurgie pour enlever la masse de mon sein, ils ont également retiré un ganglion sentinelle. Je suis certaine que vous êtes au courant que vous devez aller en médecine nucléaire et qu’un fil soit inséré, et qu’on vous injecte des isotopes afin qu’ils puissent identifier le ganglion sentinelle et le retirer. Mes ganglions sont revenus clairs; ce qui fut un soulagement. J’ai cependant dû subir une deuxième chirurgie afin d’avoir des marges claires. Ils n’avaient pas retiré suffisamment de tissu la première fois.

Voir profil

 

Drains

Quelques femmes ont indiqué avoir eu des drains insérés après une tumorectomie ou une mastectomie. La plupart d’entre elles ont été capables de drainer les tubes elles-mêmes ou avec l’aide de leur famille, ou, comme dans les cas d’Annie et Lorna, ce fut une infirmière en visite à domicile. Les drains sont restés en place entre une à trois semaines. La plupart des femmes n’ont ressenti aucune douleur lors de l’enlèvement, que ce soit à cause des analgésiques ou parce la zone n’était plus sensible après la chirurgie.

 

Chirurgie

Bon, vous avez des drains Jackson-Pratt qui sont littéralement collés sur le côté de votre corps. Vous vous sentez comme si vous étiez à l’intérieur d’une matrice avec ce tube qui ressemble à une grenade, où s’écoule tout le liquide et cela prend simplement tout le liquide pour prévenir l’infection de la plaie.

Voir le profil

 

Mastectomie

Les mastectomies sont rares puisque la tumorectomie est le traitement privilégié auprès des femmes lorsque c’est possible. Certaines femmes cependant ont subi une mastectomie et elles décrivent un processus de deuil ou l’absence du sein ou des seins, comme si elles perdaient une partie de leur féminité. En même temps, elles nous ont dit que leurs seins n’étaient pas l’essence même de leur féminité. Julia a organisé une petite cérémonie pour marquer sa perte et elle n’a plus jamais regardé en arrière. Joanne a pris quelques photos d’elle-même le soir avant sa chirurgie et, à l’instar de Tina, elle n’a jamais pleuré la perte de ses seins.

Samantha et Nalie pensent que parce qu’elles ont subi une reconstruction immédiate, l’impact émotionnel de voir leurs seins après la chirurgie fut peut-être moins stressant. Voir Chirurgie de reconstruction. Cependant, pour d’autres femmes ce ne fut pas facile de voir les résultats de la chirurgie. Annie et Joanne nous ont dit avoir été impressionnées de voir le nombre d’agrafes, mais Annie a trouvé que c’était mieux que ce à quoi elle s’attendait. Quelques femmes ont décrit l’impact émotionnel de la perte de leur sein comme choquant et horrifiant, et pour certaines d’entre elles, cela a pris un certain temps avant qu’elles puissent regarder ou toucher la zone. Julia et Malika ne se sentaient pas prêtes à voir leur poitrine la première journée et elles ont attendu quelques jours. May-Lie a trouvé cela tellement difficile de s’adapter aux cicatrices qu’elle est toujours incapable de les regarder ou de leur toucher.

 

Chirurgie

J’ai rencontré plusieurs femmes depuis, qui ont le sentiment d’avoir perdu leur féminité. Je ne me souciais pas de ça, je n’ai eu aucune chirurgie plastique jusqu’à maintenant. Je ne trouve pas le temps, ça ne me dérange pas vraiment. Peut-être que si mes seins étaient plus gros je présume que ça me dérangerait davantage, mais ça ne me dérange pas tant que ça. Alors nous avons décidé (une mastectomie bilatérale) et le jour suivant je subissais la chirurgie. J’ai passé quatre ou cinq jours à l’hôpital. Je présume que la chirurgie-même était la partie la plus difficile, probablement le jour où ils ont retiré les pansements, c’est là que la réalité te frappe je suppose. C’était les agrafes. J’avais eu une césarienne et deux grossesses ectopiques et je suppose que les cicatrices de ces chirurgies ne sont pas aussi voyantes. Ce n’est pas très visible et j’ai eu des agrafes une seule fois entre ma césarienne et mes deux grossesses ectopiques. Maintenant c’était des agrafes à partir du milieu de la poitrine jusque sous l’aisselle, là où ils ont prélevé les ganglions lymphatiques et c’était vraiment horrible à regarder. Deux très bonnes amies étaient là le premier jour où l’infirmière a enlevé les pansements; elles étaient en visite. C’est une chose que j’ai toujours dite, j’étais pour donner de la rétroaction à quelqu’un en racontant mon histoire; personne ne m’avait avertie. L’infirmière a tout simplement enlevé mes pansements comme si c’était normal. C’était atroce de voir ma poitrine pour la première fois avec ces 43 agrafes en travers. Il y a encore du sang, c’est séché sur moi et c’était « Wow! ». J’étais contente que mes deux amies aient été là. Mais elles se trouvaient seulement en visite au moment où elle changeait mes pansements. J’ai pensé que peut-être quelqu’un avait été assez personnel pour dire : « Nous allons le faire pendant que ses amies sont là ». Je leur ai demandé par la suite et elles ont dit : « Non, elle ne nous l’a pas mentionné. Nous ne savions pas ce qui se passait. » Ce fut probablement la partie la plus difficile initialement. C’était comme « Oh mon Dieu », vraiment, après le choc du cancer. J’ai demandé un miroir, je voulais voir et alors une des filles a tenu le miroir pendant que l’infirmière changeait le pansement à l’hôpital.

Mes amies sont restées. L’infirmière m’a demandé si je voulais qu’elles restent et j’ai répondu : « Oui ». J’ai demandé à garder le miroir parce que c’est quelque chose de très personnel. Je suppose que vos seins sont différents. Je voulais voir exactement de quoi cela aurait l’air. Je me fous de quoi ça a l’air. Je vais sortir sans prothèse très souvent et ça ne me dérange pas, mais ce fut un jour atroce. La douleur, j’ai eu beaucoup de douleurs pendant la guérison. Je suppose que je ne m’attendais pas à la douleur de la chirurgie. J’avais déjà eu des chirurgies auparavant mais j’ai eu beaucoup de sensation de brûlure. Je ne sais pas si c’était parce que c’était au niveau de l’aisselle et qu’il y a beaucoup de mouvement à cet endroit. Simplement au niveau de l’incision, une douleur cuisante pendant la guérison. Je n’ai jamais ressenti ce genre de douleur lors des chirurgies précédentes. J’ai eu une chirurgie où j’ai eu une petite complication, un hématome, mais la douleur à la poitrine était pire. C’était beaucoup de douleurs cuisantes. Et un serrement! Je ressentais un serrement intense dans ma poitrine. Ça l’est encore jusqu’à maintenant. J’ai des massages à toutes les deux semaines. Si je n’avais pas de massage du tissu conjonctif à toutes les deux semaines, je pense que je ne pourrais pas lever mon bras. Je suis entraîneuse pour la gymnastique de compétition. Donc je soulève souvent les enfants; j’ai besoin de mon bras. Je n’ai jamais eu de massage régulièrement jusqu’à récemment, comme à toutes les deux semaines. J’ai essayé à toutes les trois semaines mais deux semblent fonctionner jusqu’à il y a deux ans. Et j’ai terminé mes traitements il y a environ quatre ans. Alors les deux premières années, j’ai passé beaucoup de temps avec de la douleur dans mon bras, j’ai eu quelques épisodes de lymphœdème.

Voir profil

 

Dans des cas rares les chirurgies de cancer du sein sont des mastectomies bilatérales. Annie était nerveuse à propos de sa chirurgie et elle ne trouvait pas suffisamment d’information sur la double mastectomie. Certaines femmes parlaient du nombre de cicatrices, ce qui était difficile pour elles; Joanne mentionne qu’elle ressentait un serrement de sa poitrine à cause des cicatrices. D’autres femmes ont aussi parlé de mobilité réduite et certaines ont eu des références pour de la physiothérapie ou des massages, alors que d’autres ont reçu leur congé de l’hôpital sans autre instruction. La physiothérapie, les massages et l’exercice furent utiles pour améliorer la mobilité et pour aider à prévenir le  lymphœdème.

 

Hystérectomie/ovariectomie

Les femmes avec qui nous avons parlé avaient une compréhension différente de la raison pour laquelle elles avaient subi une hystérectomie et une ovariectomie. L’hystérectomie implique l’ablation de l’utérus, mais cela peut impliquer également l’ablation du col, des ovaires, des trompes de Fallope et des autres structures environnantes. Dans le cas d’une ovariectomie, le chirurgien prélève les ovaires – l’organe ayant la forme d’une amande et qui se situe de chaque côté de l’utérus. Les ovaires contiennent des œufs et sécrètent des hormones qui contrôlent le cycle de reproduction. L’ablation des ovaires réduit grandement le montant d’estrogènes et de progestérones qui circulent dans le corps. Cette chirurgie peut interrompre ou ralentir les cancers du sein qui ont besoin de ces hormones pour se développer. Les femmes avec les mutations des gènes BRCA se font retirer les trompes de Fallope en même temps (salpingo-ovariectomie) parce que le risque de cancer des trompes de Fallope augmente également.

Chez les femmes qui ne sont pas encore ménopausées, l’ovariectomie cause une ménopause précoce. Pour certaines jeunes femmes qui ressentent les effets secondaires pénibles de leur traitement hormonal ou pour lesquelles le traitement hormonal ne fonctionnait pas bien, subir une ovariectomie était une façon de changer leur traitement hormonal. (Par exemple pour passer du tamoxifen à un inhibiteur anaratomase, une femme doit être ménopausée pour prendre ce médicament.) Vous pouvez en lire davantage à ce sujet dans Hormonothérapie.

May-Lie a eu des saignements pendant plus de deux mois après son traitement pour le cancer du sein (chimiothérapie et radiation). Les raisons des saignements n’ont pu être identifiées et elle a décidé de subir une ovariectomie. Julie a dû subir une ablation des ovaires pour être capable de changer de traitement hormonal puisque le premier traitement n’avait pas bien fonctionné.

 

Prise de décision – tumorectomie versus mastectomie

Bien que le chirurgien propose normalement une chirurgie recommandée, dans certains cas les femmes devaient décider entre une tumorectomie et une mastectomie. Dans seulement certains cas rares de cancer du sein les chances de survie sont plus élevées avec une mastectomie. Pour certaines femmes c’est un choix personnel. Les femmes qui ont pu décider entre une tumorectomie et une mastectomie décrivent les avantages et les inconvénients de chacune des interventions.

 

Chirurgie

audioclip
Transcription

La chirurgie est une chirurgie d’un jour, bien que dans mon cas ils ont retiré pas mal de tissu, mais ce fut fait en une journée. J’ai pu retourner à la maison. Je suis allée déjeuner avec ma sœur le jour suivant bien que je ne pense pas que ce soit une bonne chose à faire. Je pense que ce fut une mauvaise décision. Je ne me sentais pas bien après ça. C’était correct si on regarde toutes les recherches, l’approche de la mastectomie radicale ne donne pas de meilleurs résultats. Être capable de garder ses seins est bien, surtout si le chirurgien est vraiment bon à ne pas vous mutiler je suppose, à défaut d’un meilleur terme. C’est une preuve passablement convaincante qu’une mastectomie partielle – partielle est seulement un autre terme pour tumorectomie, une ne signifie pas plus de tissu que l’autre, elles sont simplement synonymes. Alors ces approches pour la conservation des seins, on peut dire qu’elles donnent de très bons résultats. Il n’y a aucun besoin de chirurgie excessive, bien que ce soit nébuleux maintenant, avec Angelina Jolie et tout; elle est clairement dans une catégorie différente avec le gène BRCA1* (le gène 1 du cancer du sein). Alors je peux comprendre pourquoi elle a fait ce qu’elle a fait mais je pense que plusieurs femmes se sont lancées sur la chirurgie en pensant que les chirurgies plus radicales sont une meilleure option, alors qu’elles ne le sont pas, alors que bien souvent ce n’est pas le cas. Parce que ce que vous ressentez à ce moment-là – je comprends ce sentiment – enlevez tout pour que ça ne revienne pas, mais ce n’est pas exactement comment ça se passe. Il y avait, bon, la décision était de retirer la tumeur tout de suite et ensuite de voir s’il y aurait d’autres chirurgies. Mais à ce point si vos marges sont claires, que la chirurgie fut un succès et que vous pouvez en gérer l’apparence par la suite, alors d’aller subir plus de chirurgies, vous devez vraiment en peser les conséquences, n’est-ce pas? Chirurgie et reconstruction, ce que j’en comprends de la part des personnes qui les ont subies, c’est que les chirurgies de reconstruction sont très... c’est très invasif. Cela doit être évalué vraiment prudemment.

Oh, s’il y a récidive, je pense que je vais écouter les opinions variées à ce sujet, mais je pense (...)  je pense que l’avantage de l’approche de la mastectomie bilatérale c’est que ça élimine les mammographies et ce genre de chose dans le futur. Mais vous devez quand même être suivie parce que vous pouvez quand même avoir une récidive sur la cicatrice. Vous pouvez, le cancer du sein est pernicieux, et c’est le thème auquel je reviens. Vous n’êtes jamais certaine de votre approche. S’il y a récidive, je prendrai la décision à ce moment-là en toute connaissance de cause.

Intervieweur : Comment vous sentez-vous face aux résultats de la mastectomie partielle?

Plutôt bien, vraiment bien. Je pense qu’un bon chirurgien fait une grande différence. Je conseillerais aux gens de vraiment repérer leur chirurgien, même avant une chirurgie de conservation, parce que l’endroit de la cicatrice peut être camouflé et un bon chirurgien peut faire des choses remarquables et c’est vraiment étonnant.

*      Gène BRCA1 : gène muté qui peut augmenter les risques d’avoir un cancer du sein pour les personnes porteuses.

 

Voir profil

 

Chirurgie

Bon, j’ai été chanceuse d’avoir ce choix parce que la tumeur était d’une grosseur où je pouvais subir une tumorectomie ou une mastectomie. Il y en avait aussi seulement une.

Voir le profil

 

Chirurgie

Non, ils sont simplement enlevé mes seins. J’ai dit : « Oubliez ça, c’est ce que j’aurais dû faire en 2003 ». Toutes ces quatre chirurgies, j’aurais dû écouter et j’aurais dû tout enlever, mais voilà, j’étais vaniteuse à ce moment-là.

Voir le profil

 

Susanne a été traitée rapidement et elle n’a eu que cinq minutes pour décider si elle voulait une tumorectomie ou une mastectomie. Heureusement, une intervenante communautaire était avec elle pour l’aider dans sa décision. Joanne savait qu’elle avait deux semaines avant sa rencontre avec son chirurgien et elle s’est préparée en regardant des photos avant-après de mastectomies sur Internet. Elle était donc prête pour prendre une décision lors de sa rencontre avec lui.

 

Mastectomie simple versus bilatérale

Il semble qu’en de rares occasions les femmes se sont vues offrir le choix entre une mastectomie simple ou bilatérale. Elles ont mentionné avoir considéré les avantages et les inconvénients d’une mastectomie simple versus une mastectomie bilatérale. Elles ont offert différents types de conseils basés sur leur expérience.

Shelley s’était bien renseignée à propos des options avant de rencontrer son médecin; elle a préféré une mastectomie bilatérale. Bien que très rare, Tina explique comment un cancer qui se développait plus lentement a été détecté dans son autre sein.

 

Chirurgie

Bien avant la chirurgie j’ai beaucoup parlé avec ma chirurgienne et j’ai décidé à ce moment-là que je me ferais enlever les deux seins.

Voir le profil

Chirurgie

audioclip
Transcription

J’ai eu une reconstruction par lambeau TRAM* (Transverse Rectus Abdominis Muscle Flap) et ce qu’ils ont fait, je ne suis pas certaine de ce que c’est, c’est quand il retire votre (un de vos muscles) abdomen et ils l’insèrent dans votre sein, et c’est ce que Dr (nom) a fait et il a été excellent. Avant de rencontrer Dr (nom), j’ai vu un autre médecin. Je fus très déçue parce que lorsqu’il m’a examinée il m’a dit que je vieillissais et que mes seins s’affaissaient, que j’aurais probablement un cancer dans mon autre sein, donc je pourrais avoir une mastectomie bilatérale. Je lui ai dit que je n’étais pas si vaniteuse et je suis sortie. J’ai demandé à voir un autre médecin et je suis ensuite allée rencontrer Dr (nom). Ce dernier fut absolument merveilleux. Il est venu me voir tous les jours à l’hôpital et deux fois par jour. Il était très attentif, très bon et je fus vraiment contente de l’avoir. Une des infirmières m’a demandé pourquoi je passais à travers d’un seul coup et je lui ai dit que je voulais faire l’envie des filles au travail et que j’en voulais une paire. Je ne sais pas si elle a trouvé ça drôle ou non, mais c’est moi.

Ce qui est triste c’est que je sais qu’il y a beaucoup de femmes, des femmes plus jeunes qui ont eu des mastectomies bilatérales et lorsque je leur ai demandé, elles m’ont dit : « Oh, je ne veux pas avoir de cancer dans mon autre sein ». Je pense que c’est un médecin qui a inventé ça et je ne pense pas qu’ils devraient être alarmistes mais c’est regrettable qu’ils le soient. Je comprends qu’ils font, en autant que je sache, ils le font parce qu’ils sont payés pour deux mastectomies, pas une. Ou c’est, elles sont sur la table, ils veulent simplement le faire afin que cette personne ne retourne pas pour se faire enlever l’autre sein et c’est malheureux. C’est malheureux que plusieurs femmes attendent pour des mastectomies et elles n’ont pas encore réussis à l’avoir.

*       *Lambeau TRAM : une section du bas ventre contenant des vaisseaux sanguins, de la peau, du gras et un muscle est coupée et utilisée dans la reconstruction mammaire.

Voir profil

 

Lorna a préféré une mastectomie bilatérale à la suite d’une tumorectomie parce qu’elle ne voulait plus avoir d’inquiétude. On a initialement offert à Christa, qui était enceinte pendant son traitement, de lui enlever seulement un sein afin qu’elle puisse allaiter son bébé. Mais après réflexion elle a décidé de faire enlever les deux seins en même temps. Ginette a ressenti beaucoup de douleur lombaire après l’ablation d’un sein et a par la suite demandé l’ablation de l’autre sein également, partiellement à cause de la peur d’une récidive dans l’autre sein.

Chirurgie

audioclip
Transcription

Je dirais ce que j’ai trouvé le pire pour la chirurgie c’est pas tellement la chirurgie comme telle, parce que je peux pas dire, c’était pas la chirurgie comme telle, qui me faisait peur. J’avais pas peur de ne pas me réveiller ou que ça se passe mal. C’était plus les effets secondaires après. Puis c’était encore pire que ce que je pensais. Sinon ce que j’ai trouvé le pire, c’est... c’est ça, c’est entre autres la perte d’autonomie.  Dans mon cas, j’ai été un gros deux semaines, deux, trois semaines, j’étais même pas capable de mettre une blouse toute seule, que ce soit une blouse ou un haut de pyjama, manteau, j’étais pas capable, j’avais tout le temps besoin de demander de l’aide. Puis j’avais de la difficulté à me laver toute seule aussi comme ils avaient enlevé les ganglions des deux côtés en plus. C’était quand même une grosse opération que j’ai eue par rapport à d’autres femmes.  Donc… donc moi je n’avais pas de bons bras. Que ça soit, c’est quand même une minorité de femmes qui ont les deux côtés en même temps. Donc, mais c’est ça, moi j’avais pas de bons bras que je pouvais utiliser pendant ce temps-là. Donc… comme à la maison j’ai pas personne sur qui je peux compter pour m’aider, mais j’ai passé un mois chez mes parents pour me donner la chance d’avoir de l’aide un peu.

Mais sinon, dans mon cas j’ai eu des super bons services du CLSC. Ils sont venus tous les jours ou presque, sauf quand j’avais des visites à l’hôpital, pendant une semaine et demie. Puis même la fin de semaine ils venaient changer mes pansements. Puis, j’ai eu un problème avec un drain une fois et ils sont venus et, une deuxième fois dans la même journée, vraiment de ce côté-là. C’était mon chirurgien qui avait fait la demande pour que j’aie des services, donc de ce côté-là ça a super bien été.  Mais, six mois plus tard, même s’il y a une grosse amélioration, tu sais, j’ai pas récupéré à 100 % encore la mobilité de mes bras. Mais c’est sûr que, il y en a d’autres que c’est plus vite, et d’autres moins vite. Je suis dans les cas un peu plus complexes quand même.

C’est sûr qu’il y a les cicatrices suite à l’opération. Dans mon cas je, ça part du côté là, vraiment en arrière, presque dans le dos jusqu’à la même place de l’autre côté là. Tout en avant jusqu’à l’autre côté presque en arrière, puis à peu près l’équivalent de deux doigts où est-ce que je ne suis pas coupée. Donc, j’ai vraiment deux grosses cicatrices. Mais il y en a une qui est plus belle que l’autre je trouve. Mais c’est dans le sens que je pensais que les deux seraient à peu près pareilles, dans le sens que les deux dans la même direction. Puis il y a une qui est vraiment, du côté gauche c’est vraiment la cicatrice horizontale, tandis que du côté droit elle est plus oblique. Donc ça, je pensais que les cicatrices seraient plus similaires que ça.

Voir profil

 

Last updated
2016-04
Review date
2018-04

Sujets