Impact sur la santé (2)

Transcription

Je ne suis pas dépressive. Je passe au travers de pensées suicidaires qui sont principalement causées par mon désir de m'échapper. Je veux juste en sortir. On m'a conseillé d'aller prendre une marche de 20 minutes; pas 10 minutes. Il faut que ce soit 20 minutes et je dois sortir de la maison et relaxer. Je crois en Dieu et si ce n'était pas de lui je ne serais pas ici aujourd'hui parce que, lorsque je me retrouve dans une mauvaise situation, j'ai appris par moi-même à aller me coucher et à penser que les choses iront mieux demain. Mais je trouve également que, pour moi, je suis en sécurité dans mon lit et personne ne peut me faire de mal. Alors c'est mon sanctuaire. Je peux y aller et attendre que la douleur passe. Parfois je ne peux pas le faire. Je vais m'assoir dans mon auto dans le garage et je mets la musique aussi forte que je peux l'endurer, je m'assois et je pleure. Je trouve que parfois les choses deviennent accablantes et elles passent aisément.

Comme je l'ai dit, je prie Dieu – il y a beaucoup de gens qui ne croient pas en Lui, mais présentement il semble la seule personne qui me protège. Parce que lorsque vous arrivez à un certain point, spécialement lorsque vous ne pouvez faire la différence entre le bien et le mal, que vous êtes rendu là – ouais, vous devez obtenir de l'aide – mais vous devez reprendre vos esprits et c'est difficile. Une fois j'étais très proche, très, très proche. J'avais toutes ces idées qui me passaient dans la tête à savoir comment je pourrais m'échapper de ce monde. Lorsque c'est devenu une réalité, je savais qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas et je suis allée chercher de l'aide. Mais à ce moment-là qu'est-ce que j'ai fait? Je pense que je suis allée me coucher. J'ai pris du Gravol et je suis allée me coucher. Mais c'est le plus proche que j'ai jamais été de... mais j'ai été chanceuse parce que j'étais encore capable d'avoir assez de bon sens – vous savez comment vous avez toujours le bon et le mauvais dans votre tête, et votre conscience. Je me suis toujours sentie coupable toute ma vie. Ma conscience m'a finalement dit : « Non! » Vous savez ce que j'ai voulu dire? C'était aussi proche que ça mais j'ai eu assez de bon sens pour dire : « Attends, tu es encore... les choses vont aller mieux. » Et j'ai commencé à me convaincre et me dire : « Les choses vont aller mieux. D'accord, pensons à autre chose et demain... tu peux faire ça demain. » Et demain n'arrive jamais. Mais j'ai réussi à me secouer et si je me souviens bien, j'avais écrit à […] mon ami, ensuite pris du Gravol et je suis allée me coucher. Il fallait que je dorme. Souvent vous vous réveillez le matin et vous en avez oublié beaucoup. J'oublie même la plupart du temps. Je me réveille et je démarre : « Hé, aujourd'hui c'est mardi... et ah ouais, j'étais de mauvaise humeur hier soir, n'est-ce pas? »

Voir le profil