Impact sur la santé

audioclip
Transcription

Je l'ai aidée le plus que je pouvais à monter et descendre. C'est une petite femme et je suis aussi une petite femme. J'ai presque trébuché deux fois alors que je l'aidais à descendre les marches et ça m'a fait peur. J'ai aussi développé plusieurs symptômes physiques d'épuisement et de dépression. J'en suis arrivée au point où je pensais que je devenais folle et j'ai envisagé le suicide. J'ai entendu parlé d'un centre de crise où je pouvais aller pendant dix jours, avoir des rencontres avec des psychiatres et des psychologues deux fois par jour; vous êtes logés et nourris, des repas maison, et vous pouvez faire ce que vous voulez. Vous pouvez dormir, lire ou regarder la télé, fumer toute la journée, etc. – bon pas toute la nuit. Ils avaient un couvre-feu. J'y suis allée et ce fut comme si c'était une vacance pour moi parce que je n'avais pas à penser à ce que j'allais faire pour le souper, ni à le cuisiner. Mais j'avais développé un bégaiement – je bégayais – et un tic dans mon œil, de l'épuisement, de la confusion et des pensées sombres. De parler avec des professionnels m'a aidée à peut-être voir plus clairement et réaliser que j'avais besoin de soutien advantage.

Voir profil