Les difficultés de prendre soin de soi

Transcription

J'aime prendre des marches. J'essaie de marcher avec une copine. Ma belle-sœur est ma copine, ma partenaire pour la marche. Nous allons marcher tous les matins très tôt parce qu'elle travaille encore. Donc, je me lève et je vais marcher avec elle. C'est le début de ma journée. On se motive mutuellement. L'hiver dernier, nous avons commencé à faire du ski de randonnée ma belle-sœur et moi. Nous avons beaucoup aimé, mais la seule raison pour laquelle j'ai pu en faire c'est que ma mère était déjà dans un centre d'hébergement provisoire et je savais qu'on prenait soin d'elle. Donc quand les soins de ma mère ont été assurés, j'ai pu commencer à faire un peu plus de choses.

Cet hiver j'espère pouvoir faire davantage de ski de randonnée et continuer la marche. Je commençais seulement à apprécier le ski de randonnée et à devenir – je ne dirais pas bonne – mais je commençais à être capable de me tenir sur mes skis et de me rendre du point A au point B. Et l'été est arrivé, la neige a fondu et nous avons recommencé à marcher.

Tu ne sais jamais quand la prochaine crise va se produire. C'est un problème. Tout s'arrête et la vie est au neutre pour quelques temps jusqu'à ce que tout redevienne normal. C'est ce qui arrive lorsque vous avez des IAT récurrents ou une chute. Ces crises se produisent de plus en plus. Mais j'essaie. J'ai un piano à la maison et j'essaie d'en jouer plus souvent, mais là encore, en situation de crise je constate que cela aussi arrête.

Et les lunchs avec mes amis. Je sais que je peux toujours les appeler et nous pouvons sortir. Ils m'envoient des texto ou des courriels. J'ai un groupe – nous l'appelons notre club de lecture, notre cercle d'amis – et nous nous rencontrons une fois par mois. J'y suis allée quelques fois. Nous nous rencontrons chez l'un ou l'autre et je pense que je les ai rencontrés quelques fois – peut-être trois ou quatre fois – c'était très agréable. J'aime avoir ce contact avec eux.

Mon mari et moi avons pris une petite vacance mais, quand nous sommes revenus, ma mère avait eu une autre IAT. C'est à ce moment que j'ai appelé mes frères et ils sont tous venus. Nous sommes donc en période de crise. Nous commençons seulement à sortir de la crise maintenant.