Impact sur la santé

Transcription

C’est sûr qu’au niveau de ma santé j’ai eu des choses. Bien, j’ai eu trois fois besoin d’aller voir le chiro pour mon dos, mais trois fois en trois ans, en 30 ans, pardon. Et j’ai eu deux opérations pour des hernies aussi, c’est lié à manipuler des poids. Mais encore là je relativise, deux fois en 30 ans. Mais ce qui m’a le plus ébranlé, ce sont les dernières années où j’ai dû vivre deux dépressions et j’ai dû trouver un chemin pour que je sois heureux à travers ça. M’inquiétant pour lui. Alors c’est sûr que c’est le médecin de famille. J’ai été voir le premier réflexe avec la médication. Mais parallèlement à ça il faut faire des démarches et il faut s’occuper de soi. À ce moment-là, bien j’ai été faire des marches avec une amie régulièrement, deux fois/semaine. J’ai été m’abonner dans un centre récréatif pour jouer du tennis de table. Mais après trois mois je me suis aperçu : « Bon, ok, ça va faire. » Mais j’ai cherché, j’ai cherché, j’ai cherché parce que quand tu as la dépression tu … Bien tu n’es pas heureux, tu deviens plus silencieux, tu affectes ta conjointe, tu affectes ton ami. Et ça se vit… ça ne se vit pas tout seul. Les autres le sentent. Les autres voudraient bien t’aider mais ils ne savent pas quoi faire. Mon ami me disait toujours : « Allez! Allez! Allez! » Oui, mais je veux mais je n’ai pas la force. Alors c’est ça. Alors j’ai cheminé dans ça aussi, dans les deux dernières années.

Et maintenant, c’est fou, j’ai une certaine sérénité ou sagesse que je me surprends aussi à avoir. Je m’attendais en période hivernale, parce que les deux premières sont survenues en période hivernale, et aussi dans un contexte de maladie et de mort dans ma famille et de maladie par rapport à [mon ami]. Hospitalisation aussi, c’est relié à ma sensibilité, ça, c’est certain. Alors j’ai cheminé à travers ça pour trouver bien… pour moi, je me suis aperçu que c’est le bénévolat, c’est le bénévolat qui est ma clé. Alors je fais du bénévolat au centre de loisirs.

Voir le profil