Effects of care recipients' behaviour

audioclip
Transcription

Bien premièrement à la personne malade, ok, je crois que s'ils le peuvent de donner. Je ne parle pas de la démence mais si une personne est cognitivement correcte, réalise ce qui se passe autour de vous, réalise qu'il y a un besoin là aussi. Je me rappelle une fois où j'avais la grippe et mon mari a dit – et nous avions une bonne relation – et il a dit « Ne t'en fais pas, je vais me faire à souper moi-même. » Et j'aurais voulu lui dire « Merci, j'aimerais un peu de soupe » ou « Je suis ici, allo! » Mais c'est ce qui arrive. Tout d'abord, le conjoint doit prendre la responsabilité pour le proche aidant. Ça peut être aussi simple que de s'assurer de faire livrer des fleurs une fois de temps en temps si vous êtes capable de faire un appel téléphonique. Ça ferait une grande différence. De dire « merci », de dire « je m'excuse » pour rien. Tu n'as pas à t'excuser pour la maladie mais tu pourrais être désolé pour ce que ton conjoint traverse. Seulement, il y a tellement de choses auxquelles le conjoint en santé doit faire face, que l'autre conjoint peut simplement apprécier, de reconnaître et simplement apprécier.

Voir profil