Tenter d'établir un juste équilibre

Transcription

Alors il y en a qui apprenne juste comme ça. C’est peut-être le chemin que j’ai passé. J’ai appris comme ça. Et ce n’est jamais tout cuit comme ça. Ce n’est jamais terminé, c’est un cheminement. Alors, je suis rendu à une étape où j’accompagne avec beaucoup plus de sérénité. Je me lève la nuit. C’est du positif que j’ai dans la tête! Je me chante une chanson puis je me rendors. Je veux dire, j’ai beaucoup de temps de soins à lui donner, je le donne. Puis ce n’est pas toujours facile. J’ai besoin de temps pour moi, mais c’est comme si j’ai appris que chaque instant que tu peux te reposer, repose-toi. C’est important. Faire le vide. Tu t’étends quand même, même si c’est juste 15 minutes. Juste s’étendre puis laisser le vide, juste se retrouver en soi-même. Bon là, qu’est-ce que je fais? Je trouve qu’on réussit à trouver le bonheur à travers une relation qui peut être accaparante, mais évidemment ça dépend de la personne aidée beaucoup. Dans mon cas, je l’ai choisi d’être aidé, d’être aidant plutôt. Je l’ai choisi et je vais aller jusqu’au bout. J’ai le sens de la responsabilité, de l’engagement de mon père. Je vais continuer, le sens du devoir. Et j’ai la sensibilité de ma mère, je fais quoi… Je trouve qu’on est dans un monde où il faut s’entraider, c’est simple. Il faut être ouvert à la différence. Il faut être tolérant. L’exemple que j’ai, c’est par rapport au handicap physique, mais ça, ça va plus loin que ça.